Écouter l’épisode :

3 thèmes populaires en romance

Les tropes qui passionnent les lecteurs et lectrices de romance

Le jargon des écrivains comprend de nombreux emprunts de l’anglais. Trope est un terme supplémentaire que l’on prend volontiers à nos amis anglo-saxons pour faire plus court que “figure narrative” ou “motif narratif récurrent” en français.

De quoi s’agit-il ?

Trope ou motif narratif récurrent

Un trope est un type d’histoire. Il peut être caractérisé par un type de personnage, un type de relation entre les personnages, un type de contexte dans lequel vont évoluer les personnages, un thème particulier.

C’est un type d’histoire que l’on va retrouver de manière récurrente dans les romans d’un même sous-genre littéraire.

En lisant un certain nombres de romans dans un même genre, on se rend compte que certaines situations ou certains événements sont récurrents. Ce sont les tropes. Les plus populaires se retrouvent dans de très nombreux romans cultes du genre. S’ils sont populaires, c’est bien que les lecteurs les affectionnent et en redemandent.

Il y a des tropes en fantasy, des tropes dans les polars et des tropes propres à la romance. La romance, ou littérature sentimentale, est un genre de roman dans lequel une histoire d’amour qui se finit bien est au centre de la narration.

Cliché vs Trope

Un trope n’est pas un cliché. Un cliché est un élément narratif qui a été tellement utilisé qu’il a été dépossédé de sa force d’évocation. Il n’a plus ou peu d’élément de surprise pour le lecteur, il n’a plus la même charge émotionnelle pour l’histoire.

Le trope ne perd pas en puissance avec la répétition. Au contraire, elle prouve que le motif narratif a une qualité d’universalité.

Evidemment, chacun a ses tropes préférés. Certains penseront qu’il est temps qu’un motif narratif soit mis en retraite. Mais ceux qui perdurent depuis des siècles, notamment en romance, ne semblent pas prêts de perdre leurs lecteurs et lectrices.

A noter que la romance est un genre littéraire très vaste qui comprend de nombreux sous-genres. Explorons les 3 tropes les plus populaires qui se recoupent sur l’ensemble de ces sous-genres.

1. Le trope de l’ascension sociale

Le trope de l’ascension sociale, que l’on pourrait aussi appeler le trope de Cendrillon ou le trope du milliardaire, caractérise une histoire où le personnage principal transcende sa condition sociale grâce à son partenaire et obtient un avenir merveilleux et protégé.

Dans les histoires qui mettent en scène ce trope millénaire, le personnage principal est une personne qui a une condition modeste, voire des difficultés économiques et sociales. Il va pénétrer dans un milieu social bien supérieur, qui devrait lui être inaccessible, grâce à sa rencontre avec l’être aimé qui, lui ou elle, fait partie de cette élite.

Les thématiques abordées sont celles liées à l’ascension sociale : la découverte des codes de la société élitiste, le rejet par ses ennemis dans ce milieu et le dépassement du plafond de verre avec son intégration à cette nouvelle vie.

Un roman comme 50 nuances de Grey est un exemple parfait de la mise en scène du trope de Cendrillon.

2. Le trope de l’amour au travail

De nombreuses histoires de romance mettent en scène le trope de l’histoire d’amour dans un milieu professionnel.

Le personnage principal va s’éprendre de son ou sa collègue, de son chef, d’un client. Bref, c’est l’occasion pour l’auteur d’explorer l’univers d’une profession particulière.

Les thèmes abordés peuvent être ceux de la concurrence dans ce milieu professionnel, de l’arrivée dans une nouvelle profession, du rapport à la hiérarchie.

En général, l’auteur va choisir un corps de métier qui véhicule un certain nombre de fantasmes et une auréole de mystère pour le lecteur. On va ainsi retrouver des romances dans le milieu de la mode, des avocats, des acteurs, des sportifs, des musiciens, mais aussi des romances à l’hôpital.

Certains de ces milieux professionnels sont tellement populaires qu’ils deviennent des tropes à part entière, avec leur propre appellation. Par exemple, les “medical romances” : les histoires d’amour dans le milieu médical ou paramédical.

3. Enemies to lovers

Le plus populaire des tropes de la romance : d’ennemi à amant ! Ce trope millénaire repose sur le lien passionnel entre deux individus : comment celui-ci se transforme de détestation profonde en amour exceptionnel.

Peu importe le contexte ou l’époque, les personnages se vouent une haine ou un mépris féroce au début, mais les événements de l’histoire vont les forcer à se découvrir, à se comprendre et à apprécier leur complémentarité. Par exemple, en ayant une mission commune à accomplir.

C’est l’intensité des émotions et leur variété qui accrochent le lecteur. Plus la détestation est forte, plus les personnages combattent leurs sentiments, plus la tension sexuelle entre eux est vive, plus l’histoire a de l’intérêt.

Mais attention, le glissement du rapport de force, la transition d’ennemis à amants, doit être réalisée avec fluidité et subtilité. Il faut qu’elle soit crédible pour être réussie !

Petite liste de tropes en romance

Nous pourrions citer des centaines de tropes plébiscités en romance. En voici quelques autres parmi les plus populaires :

Amis à amantsForcer de vivre ensembleFaire semblant d’être en couple
Les âmes-soeursL’amour de la seconde chanceL’amour contrarié / interdit
L’héritier qui cache qu’il est riche ou célèbreMariage arrangéL’amant amnésique
Blind dateL’amant d’un soir qu’on n’oublie pasAmour au premier regard
Le filtre d’amourLe triangle amoureuxLa grossesse accidentelle
Elever un enfant ensembleMariage blancLe bébé secret
L’amant mafieuxL’amant militaireQuid pro quo sur l’identité de l’amant
La rédemption du playboyRetour dans sa ville nataleLes opposés s’attirent
La mariée qui a fui son mariageLes sentiments à sens uniqueCoincés ensemble dans l’ascenseur

Les grands points de la conversation :

– Le recours aux tropes est instinctif
– Les tropes marquent les genres
– Un même trope génère des milliers d’histoires différentes
– L’éternel enemies to lovers

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

2 Comments

  1. Virginie SITALAPRESAD Reply

    Bonjour Lucie,

    Merci pour ces podcasts toujours très éclairants, j’ai appris beaucoup de chose aujourd’hui.
    Du coup, je m’interroge : Peut-on être originale avec un trope éculé – ou tomber dans le plagiat à force de thèmes et de message identiques ? (Pardon pour cette question stupide mais elle me trotte dans la tête depuis un moment – mais du coup, peut-être que mon idée de départ était un trope – sans que je le sache).
    Continuez à nous apprendre sur ce métier passionnant.
    Virginie (Geane)

    • LICARES Reply

      Bonjour Virginie,
      Merci beaucoup pour tes questions !
      Tu ne peux pas plagier un roman parce que tu utilises le même trope qu’un autre auteur, que ce soit un trope très populaire ou moins populaire.
      Tu peux écrire l’histoire d’une lycéenne américaine dont le camarade de classe s’avère être un vampire et ce ne sera pas du plagiat. De même, tu peux écrire un roman dont le message est le même que celui que fait passer un autre auteur, et ce ne sera toujours pas du plagiat.
      On parle de plagiat si tu vas faire l’une des actions suivantes : légalement, si tu vas prendre des morceaux entiers du texte de quelqu’un d’autre et les mettre dans ton roman ; intellectuellement, si tu vas consciemment reprendre tous les éléments de l’intrigue d’un roman et juste faire des changements à la marge sur le contexte et les personnages. Tu n’as pas le droit de copier l’univers ou les personnages d’un autre auteur, sinon tu es dans la fanfiction.
      Mais rassure-toi : les auteurs peuvent heureusement avoir les mêmes sources d’inspiration, utiliser des contextes proches et des tropes qui leur plaisent, peu importe le nombre de personnes qui les ont déjà utilisées ! Tu n’as pas à avoir peur que quelqu’un d’autre ait déjà écrit un roman avec les mêmes thèmes ou le même message (ce sera sûrement le cas de toute façon…).
      Les tropes sont au fondement de la littérature de genre. Tu auras 12 000 histoires différentes de jeune écervelée qui tombe amoureuse d’un vampire riche et séduisant, et du moment que c’est ton interprétation, que c’est ton déroulement d’intrigue et tes personnages, toute ressemblance à une autre histoire ne sera que pointer les éléments en commun : vous écrivez dans le même genre, sur le même trope, et vous avez le droit.
      Peux-tu être originale avec un trope éculé ? Eh bien c’est là que se révèlera tout ton talent d’auteur ! A toi de proposer une histoire fraîche et dynamique avec des éléments d’intrigue qui ont été maintes fois utilisés ! Tout en gardant à l’esprit que la littérature de genre, surtout la romance, fonctionne sur la familiarité : si le trope marche, c’est justement que les lectrices ne se lassent pas de lire des histoires sur un même thème.

      Merci à toi pour ton écoute et ta lecture !
      Bonne journée

      Johanna
      Equipe LICARES

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap