Écoutez l’épisode :

Aller au bout de son roman

Comment réussir à terminer son roman à chaque fois ?

Voici des semaines, voire des mois que tu es sur ton roman. La fatigue se fait plus grande et tu commences à te lasser. Tu bloques à nouveau. Il devient plus dur de trouver les mots. Soit tu n’es plus sûr de toi sur la fin que tu as choisie, soit tu peines à trouver une fin digne de ton histoire.

La dernière ligne droite dans l’écriture du premier jet est une période critique pour tous les romanciers. C’est celle qui va faire la différence entre un projet qui reste indéfiniment à l’état de projet et un roman achevé. Et le propre de l’écrivain est d’avoir achevé des romans.

2 raisons qui t’empêchent de finir ton roman

Quand on bloque sur la fin de son roman, que l’on fasse l’expérience de la fameuse “page blanche” ou qu’on remette en question chaque mot que l’on écrit, cela est presque toujours le symptôme de deux blocages.

  • Un blocage d’ordre psychologique : un jugement sur son texte qui vient de la peur d’échouer. La peur que son texte ne soit pas assez bon, qu’il soit rejeter par les éditeurs et les lecteurs.
  • Un problème de méthode : nous faisons les frais d’un manque de clarté sur un point du travail préparatoire ou d’un besoin de modifier celui-ci.

Trouver la motivation pour finir son roman

Cet épisode du podcast Devenir écrivain explore le problème de méthode. Un conseil toutefois sur le blocage qui a à voir avec tes doutes et tes peurs, car il peut tout à fait se combiner à un problème de méthode !

Sois toujours très vigilant sur les enjeux que tu fais porter à ton texte. Que ferais-tu dire au rejet des éditeurs ou aux mauvaises critiques des lecteurs ? Ton texte ne vaut rien ? Que tu ne feras jamais carrière ? Mets en lumière toutes tes peurs qui gonflent ton anxiété et qui font qu’il est bien plus confortable et sécurisant pour toi de ne pas finir ton roman.

Concernant la lassitude envers son histoire, elle existe et ce n’est pas grave. Beaucoup d’auteurs vivent une relation amour haine avec leur histoire quand ils arrivent sur la fin. Tant de semaines ou de mois passés à se concentrer sur un même texte : évidemment qu’il est difficile de garder le même niveau d’intérêt tout le temps !

Il y a des trucs et astuces à cultiver pour se reconnecter à son histoire et retrouver son intérêt premier. Cependant notre conseil principal est plutôt un argument de discipline. La lassitude ne doit pas être une excuse pour toujours abandonner tes projets. D’autres idées plus nouvelles, plus attrayantes, viendront toujours te titiller. Ce ne doit pas être une raison pour abandonner tes projets en cours.

Si tu écris avec une ambition professionnelle, tu dois apprendre à honorer ton engagement à finir ton roman. Tu dois aller au bout de ton roman parce que tu l’as décidé et que tu t’y es engagé, tout simplement. En plus, rappelle-toi du mantra de Lucie : tu ne peux pas juger ton texte avant d’y avoir mis le mot fin !

La méthode, toujours la méthode

Ce qui t’empêche de terminer ton roman est peut-être un problème de méthode. Outre la paralysie engendrée par tes doutes, c’est généralement sur la fin du roman que l’on découvre si notre méthode de travail est efficace ou non.

Pantser ou Plotter

Ces mots barbares anglais renvoient aux deux façons principales de se lancer dans l’écriture.

Le pantser est l’écrivain qui écrit sans plan. Attention, il peut quand même avoir une idée générale de là où il veut aller avec son histoire, il peut même avoir des notes préliminaires avec ses grands pivots narratifs. Mais il ne fait pas de plan chapitre à chapitre et il n’a parfois pas la fin de son récit quand il se lance dans l’écriture.

Le plotter a recours à un plan. Avant d’écrire, il fait un travail préparatoire où il décide des grands temps de son roman. Là encore, il y a tout un éventail de précision dans les plans. Certains auteurs vont simplement noter une idée principale pour chaque chapitre, d’autres vont entrer dans le détail. Travailler avec un plan ne veut pas non plus dire qu’on fige ses idées et qu’on ne change pas d’avis. Mais l’histoire ne s’écrit pas complètement au fil de la plume. Elle suit un cap.

3 questions pour t’aider à terminer ton roman

Lucie te propose 3 questions à te poser pour voir si ton blocage vient de ta méthode. Pose-toi ces questions pour réussir à terminer ton roman. Celles-ci concernent ta vision pour la progression de ton histoire, ton intention littéraire quand tu as choisi d’écrire cette histoire et là où tu veux amener tes personnages.

Elles doivent te permettre de reprendre le fil de ton histoire si tu l’as perdu, de te reconcentrer et de retrouver ton intérêt pour ton intrigue et tes personnages.

Les 3 questions sont :

  • Question n°1 : Est-ce que j’ai un plan ?
  • Question n°2 : Quelle est la morale de mon histoire ? Mon intention pour la raconter ?
  • Question n°3 : Est-ce que mes personnages évoluent entre le début et la fin de mon histoire ?

Question n°1 : Est-ce que j’ai fait un plan ?

L’avantage du plan pour réussir à terminer son roman

Ce n’est pas un secret, Lucie Castel et LICARES t’encouragent à écrire avec un plan. Pour nous, c’est la façon le plus simple et la plus efficace d’écrire un roman de qualité professionnelle et de multiplier ses chances de réussir à terminer son roman.

Quand tu bloques en fin de roman, très souvent, c’est que tu manques de clarté sur ce qui doit arriver. Si tu travaillais avec un plan détaillé, tu pourrais tout simplement te référer à ce que tu avais prévu dans ton plan ! Tu n’aurais pas à chercher ce qui va se passer puisque tu l’aurais déjà décidé ! C’est aussi un bon moyen de passer outre sa peur que la fin ne soit pas à la hauteur. J’écris cette fin parce que c’est ce que j’ai décidé à un moment où j’étais moins anxieux.

Peux-tu changer d’avis ou d’idée ? Assurément. Ton plan est justement fait pour que tu constates là où tu as modifié ton récit et que tu ais une vision globale de ton histoire. Il va te permettre d’apporter des modifications à ta fin qui seront logiques et bienvenues dans la globalité de ton histoire.

Ce qu’il faut peut-être revoir dans ton plan

Si tu travailles déjà avec un plan :

  • Est-ce que ton plan est assez développé ? Peut-être dois-tu entrer beaucoup plus dans le détail pour ne pas être bloqué.
  • Adhères-tu toujours à ce plan de départ ? Peut-être que ton histoire à évoluer et que ton plan de départ ne correspond plus et doit être retravaillé.

Question n°2 : Quelle est la morale de mon histoire ?

Définir son intention littéraire

Que voulais-tu raconter à travers ton histoire ? Nous n’employons pas le terme de morale dans le sens éthique ou moraliste. Un roman n’est pas une fable de La Fontaine ou une parabole biblique.

Néanmoins, chaque histoire naît d’une intention intellectuelle et/ou esthétique. Quel genre d’histoire voulais-tu raconter ? Quel est le message que tu voulais faire passer en racontant cette histoire ?

Si tu n’en as aucune idée, ton blocage vient peut-être de là.

La morale, le message, c’est ce que nous appelons chez LICARES : l’intention littéraire. C’est ton intention littéraire qui fait que cette histoire est importante pour toi. C’est un peu l’équivalent du “pourquoi” qui vient motiver l’exécution de tout projet. Plus ton intention littéraire sera claire et motivante, moins tu seras tenté d’écouter les sirènes d’une autre idée d’écriture qui viendront te titiller quand ton projet en cours commencera à durer.

Une intention simple mais efficace

Ton intention littéraire n’a pas besoin d’être compliquée. Encore une fois, il ne s’agit pas d’éthique. Tu peux vouloir écrire une histoire qui prouve que les hommes peuvent vivre en paix et en harmonie même dans les pays en guerre, mais tu peux simplement vouloir raconter une histoire d’amour tendre et drôle.

Notre conseil : sois précis. Tu veux écrire une histoire d’amour tendre et drôle qui se passe où et quand ? Qui surmonte quelles difficultés ? Qui rapproche quel type d’êtres ?

Clarifie ce qui rend ton histoire originale et intéressante pour toi et dans le contexte de réussir à terminer ton roman, vérifie que tu concrétises bien cette intention littéraire !

Question n°3 : Quelle transformation pour mon protagoniste ?

Travaille ta fiche de personnage

Un troisième point essentiel pour te permettre de réussir à terminer ton roman : l’évolution de tes personnages.

De la même façon qu’il te manque peut-être un plan détaillé, as-tu travaillé tes personnages en amont au moyen d’une fiche de personnage ?

Cet outil de construction de tes persos est essentiel pour créer des personnages vraisemblables et dynamiques. En effet, une fiche de personnage ne se limite pas à résumer l’apparence physique et l’histoire de vie de ton personnage.

Une bonne fiche de personnage t’oblige à réfléchir à l’évolution de ton protagoniste entre le début et la fin du récit. C’est ce que te propose la fiche ultra complète de LICARES mise gratuitement à ta disposition.

Quelle est sa situation de départ et sa situation d’arrivée ? Mentalement ? Socialement ? Physiquement ?

Si tu as ces éléments et que tu bloques sur la fin de ton histoire, il suffit de t’y rapporter ! Où est-ce que tes personnages en sont dans leur évolution ? Quel chemin leur reste-t-il à parcourir pour arriver à leur évolution finale ? Comment y arrivent-ils ?

Un roman est réussi quand l’intrigue fait évoluer les personnages

Garde bien ce mantra en tête. Ce qui fait l’intérêt de ton histoire, c’est qu’elle a un impact sur tes personnages. Elle les bouleverse, elle les change.

S’ils en sont au même moins qu’ils ne l’étaient au tout début, du moins mentalement, malgré les épreuves qu’ils ont traversées, quel intérêt pour ton lecteur qu’ils aient vécu cette aventure spécifique ? Était-ce réellement une aventure ?

Ainsi, pour réussir à terminer ton roman, tu dois porter une attention particulière au point où tu en es de cette évolution. Retrouve ton cap en clarifiant bien le chemin que doivent encore parcourir tes personnages et en explicitant pour toi là où ils doivent être dans leur vie et dans leur tête quand tu mettras le mot “fin”.

Les grands points de la conversation :

– Le rôle essentiel du travail préparatoire
– La méthode, toujours la méthode
– Pourquoi on continue à conseiller de travailler avec un plan
– La morale d’une histoire (sans être moraliste)
– Le problème d’un roman où les persos n’évoluent pas

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap