Écoutez l’épisode :

Le dialogue doit être connoté pour qu’on sache qui parle sans même avoir besoin qu’on nous redonne sans arrêt le nom du personnage.

LUCIE CASTEL
Ecrire un dialogue

Les dialogues sont des éléments très puissants dans l’histoire

Non seulement le dialogue vient apporter du relief à la narration et incarner toujours plus les personnages, mais ils sont des moments clés de l’histoire pour happer le lecteur et le surprendre.

Au premier abord, il peut sembler simple d’écrire un dialogue. C’est au contraire un exercice très compliqué car un dialogue est vite raté. Il peut tomber à plat, ne pas susciter assez d’émotions ou même embrouiller le lecture.

Voici 5 points de vigilance qui vont vous permettre de réussir vos dialogues.

1) Modéliser les personnages

Comme nous l’avons décrit dans notre épisode sur comment réussir ses personnages, pour qu’un personnage soit mémorable, il faut donner une coloration forte à la personnalité. Il ne s’agit pas de le rendre caricatural, mais qu’il y est assez de relief pour qu’il se démarque des autres personnages.

Le dialogue est un outil pour colorer le personnage. En effet, il permet de montrer qui est le personnage par comment il parle et se comporte, plutôt que de le décrire au fil de la narration.

Ainsi, un dialogue réussi est avant tout un dialogue où les répliques du personnage sont en adéquation avec sa personnalité et transmettent la tonalité forte de sa personnalité.

2) Maîtriser les incises

Un dialogue est en deux parties. Il y a les répliques qui sont les injonctions que se lancent les personnages et il y a les incises qui sont des descripteurs de la façon dont la réplique est énoncée.

Les incises accessoirisent les répliques et font bouger les personnages. N’oubliez pas que lorsque l’on parle dans la vraie vie, on est rarement statique. Notre voix à des inflexions particulières, mais c’est tout notre corps qui contribue au langage non verbal avec notre gestuelle, nos mimiques, la cadence de notre souffle.

Utilisez bien les incises sans forcément les surmultiplier.

Une astuce : quand vous faites une incise longue, n’hésitez pas à indiquer au lecteur qui parle ensuite. Même si le parlé du personnage doit le mettre d’emblée sur la voie, n’oubliez pas que le lecteur est souvent amené à arrêter sa lecture en plein milieu de votre texte. Aussi vous voulez lui facilité la tâche de se replonger rapidement dans l’histoire.

3) Varier les verbes déclaratifs

Les verbes déclaratifs sont les annotations d’inflexion et d’émotion des déclarations des personnages. Par exemple : dit-il, déclara-t-il, gémit-il, hurla-t-il…

Attention à la répétition de ses verbes déclaratifs préférés ! Il est facile d’utiliser souvent les mêmes verbes déclaratifs qui nous viennent naturellement. Or, ils sont nombreux et permettent beaucoup de précision.

Le choix des verbes permet de connoter le dialogue. On veut au maximum éviter les verbes déclaratifs neutres, le premier étant : dire. Evidemment, on veut aussi bien les doser. Les verbes déclaratifs doivent être utilisés quand la syntaxe le demande et pas à chaque réplique.

4) Utiliser le dialogue pour livrer un enjeu

Le dialogue vient rythmé l’histoire. Contrairement à la forme théâtrale, le dialogue seconde la narration dans le roman. Il faut donc lui donner un rôle clé.

Évitez d’utiliser les dialogues pour délivrer de simples informations qui ne font pas avancer l’intrigue ou en étant redondant sur les informations révélées.

Gagnez en intensité et captez l’attention du lecteurs en utilisant le dialogue comme le moment où des enjeux se jouent entre les personnages.

5) Lire le dialogue à voix haute

Un dialogue réussi, c’est un dialogue que l’on pourrait entendre dans la vraie vie.

Le dialogue est lui aussi soumis au principe de vraisemblance.

Afin de s’assurer que le dialogue ne tombe pas à plat ou fait faux, une méthode simple et efficace est de le lire le dialogue à haute voix. Mieux encore, de le faire lire à haute voix par un proche. Cela permet de ressentir la cohérence et le rythme, de pouvoir savoir si le dialogue marche, c’est-à-dire si on parlerait comme ça dans la vie réelle.

Les grands points de la conversation :

– Le malheur du dialogue raté
– Le dialogue commence dans la fiche de personnage
– Le jeu entre répliques et incises
– Faut-il bannir le verbe “dire” ?
– Ecrire des dialogues est un éternel work in progress

Écoutez l’épisode :

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap