Écoutez l’épisode :

Le début de ton roman doit être fluide, efficace, simple pour qu’un lecteur crevé dans un environnement bruyant puisse piger tout de suite là où il se trouve !

LUCIE CASTEL
Début de roman

Il faut absolument réussir le début de son roman

Dans un contexte où le lecteur a l’embarras du choix quand il flâne dans les rayons des librairies, chaque livre n’a que quelques secondes pour faire une bonne impression et espérer être feuilleté. La couverture et le titre sont évidemment les premiers critères de vente du livre. Vient ensuite la quatrième de couverture et son résumé. Mais les lecteurs sont nombreux à avoir besoin d’éléments supplémentaires pour se décider. Ils vont notamment ouvrir le livre et lire les premières lignes.

Le début du roman, la première ligne et par extension le premier paragraphe, est ce qu’on appelle l’incipit.

Les différents types d’incipit

Il y a de très nombreuses façons de commencer un roman, mais deux formes d’incipit sont les plus populaires :

  • 1) L’incipit statique ou dit descriptif
  • 2) L’incipit dynamique ou dit d’action

L’incipit descriptif va plonger le lecteur dans un environnement. Il pose une ambiance et un contexte. L’écueil à éviter est de partir sur une description trop longue qui découragerait le lecteur en recherche de l’intrigue.

A l’opposé, l’incipit d’action propulse le lecteur dans l’action dès la première ligne. C’est la forme de début de roman la plus prisée. Mais la difficulté est de trouver un bon équilibre pour donner quand même assez d’éléments de contexte au lecteur et qu’il ne soit pas perdu.

Tout est un jeu d’équilibre et de surprise.

Commencer l’incipit par un dialogue

Il est souvent déconseillé d’ouvrir son roman par des lignes de dialogue. La raison ? Cela demande de faire attention à ne pas perdre le lecteur en le laissant trop longtemps sans savoir qui sont les personnages qui parlent.

Toutefois, il ne faut surtout pas s’interdire de tenter le coup ! Tout est possible du moment qu’on s’assure que le lecteur sait rapidement de qui il s’agit et de ne pas faire interagir plus de deux personnages.

Une note pour le fantastique

Toujours dans l’idée de ne pas perdre le lecteur mais de planter un décor qui l’intrigue et l’attire, les auteurs de littérature de l’imaginaire doivent être très vigilants à ne pas tomber dans l’écueil de décrire leur univers de manière pléthorique dès les premières pages ou d’utiliser de nombreux mots inventés par exemple.

Même si l’univers du livre est très différent de notre monde contemporain, il faut que le lecteur puisse établir des connexions et avoir des repères dans les premiers mots.

Comment écrire un bon début de roman ?

En résumé, un bon début de roman est simple, fluide et efficace.

Le conseil de Lucie Castel : imaginez-vous que le lecteur qui ouvre votre livre a passé une nuit blanche ou une journée de boulot horrible et qu’en plus il est dans un environnement bruyant. Vous devez n’avoir qu’un but : lui faciliter la vie !

Les grands points de la conversation :

– Pourquoi l’incipit est un outil marketing
– Les différents types d’incipit
– Les écueils à éviter
– Comment commencer par un dialogue
– Le cas particulier du fantastique

Écoutez l’épisode :

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment