Écouter l’épisode :

écrire avec ou sans plan

Est-ce qu’écrire avec un plan casse le plaisir de l’écrivain ?

De nombreux auteurs grincent des dents à l’idée d’écrire avec un plan. Ils ont l’impression que cela leur enlève tout plaisir à écrire leur histoire.

Connaître les détails de leur histoire à l’avance, comme la fin par exemple, ferait courir le risque de se désintéresser de son histoire et de ne plus avoir envie de l’écrire.

Comment garder sa spontanéité et son plaisir d’imaginer si on prévoit les détails de son histoire à l’avance ?

C’est le sujet de cet article et de cet épisode du podcast Devenir écrivain !

Ecrire avec un plan ou ne pas écrire avec un plan ?

Jardiniers vs Architectes

On oppose volontiers deux clans d’écrivains, ennemis et hermétiques.

Les jardiniers d’un côté, ces écrivains bohèmes qui écrivent leur histoire au fil de la plume, sans plan. Les jardiniers travaillent au jour le jour. Ils se laissent guider par leurs personnages pour décider de la tournure des événements dans leur histoire.

D’une certaine manière, ils laissent les personnages s’incarner en eux et écrire l’histoire « à leur place ».

Et il y a les architectes. Les architectes sont des planificateurs, des stratèges. Avant de se lancer dans l’écriture, ils réfléchissent à tous les rebondissements de leur histoire dans les moindres détails. Au moment où ils prennent enfin la plume, ils en ont le début, le milieu et la fin. Ils suivent une route préétablie et se réfèrent toujours à ce qu’ils ont prévu.

Où se situe la majorité des écrivains ? Quelque part entre ces deux extrêmes.

Tous les plans ne sont pas détaillés

Si certains auteurs sont des architectes redoutables qui préfigurent tout leur roman avant de se lancer dans l’écriture, ils sont peu à le faire. Moins par souci de ne pas se lasser de son histoire que par principe de réalité.

C’est en se lançant dans son roman que l’on voit si ce que l’on a prévu fonctionne et que de nouvelles idées fourmillent. Même un auteur qui travaille avec un plan détaillé sera amené à le modifier à plusieurs moments de l’écriture.

Toutefois, les purs architectes sont plus nombreux que les mythiques purs jardiniers. Si le plan détaillé n’est pas une méthodologie efficace pour tous, la plupart des auteurs travaillent au moins avec une feuille de route. Car tous les plans ne sont pas des plans détaillés à la petite scène près !

C’est l’erreur la plus commune quand on pense à un plan. On imagine tout de suite un document ultra complet plutôt qu’une liste d’idées simple et flexible.

La feuille de route, outil incontournable de l’écrivain professionnel

Avant de se lancer dans l’écriture, ou une fois quelques chapitres écrits, l’auteur se retrouve naturellement à faire un état des lieux de là où il veut amener son histoire. Il liste les grandes actions qui marquent les grands temps du récit. Il prend des décisions sur son texte, comme les thématiques qui lui tiennent à coeur pour la suite.

Une feuille de route est un outil incontournable pour écrire un roman bien équilibré, avec une intrigue bien menée. Elle évite de se retrouver avec 100 pages dans lesquelles il ne se passe pas grand chose, et un dernier tiers du récit qui concentre l’action. Elle évite de se lancer dans 12 trames narratives parallèles sans hiérarchisation.

En bref, en plus d’éviter d’être bloqué au milieu du roman, elle permet de fixer un cap auquel on pourra toujours se référer pour avancer.

Si la feuille de route est incontournable, c’est que le roman est un format particulier : il s’agit d’un récit structuré. A un moment ou un autre, à l’écriture ou à la réécriture, il faut prioriser, rationaliser, structurer son histoire.

Les techniques des jardiniers

Ecrire sans plan et étape de correction

Les réfractaires au plan ou à la feuille de route ont une technique d’écriture toute particulière. Elle consiste à faire un travail de réécriture très conséquent une fois le premier jet terminé.

Le premier jet est toujours un brouillon, peu importe sa méthodologie d’écriture. Toutefois, il est certain qu’en ayant travaillé la structure à l’avance au moyen d’un plan, les architectes n’ont normalement pas à reprendre de gros éléments de leur texte.

Leur premier jet est une version 1, alors que celle des jardiniers risque plus souvent d’être une version 0. Dans une certaine mesure, elle est leur plan.

Sacrifier le plan, c’est accepter une réécriture plus longue et plus fastidieuse.

Ecrire avec un plan en décalé

De nombreux auteurs qui disent ne pas écrire avec un plan prennent quand même le temps de se pencher sur les grandes lignes de leur histoire mais en décalé !

Ce n’est pas avant de se lancer dans l’écriture qu’ils définissent la direction de leur récit, c’est une fois qu’ils en ont écrit une partie. Ce peut être pour tester son idée et sa motivation pour son histoire. Parfois pour bien sentir son personnage sous sa plume et comprendre ce qui le fait agir.

Ces auteurs ressentent le besoin de commencer, puis, à un moment donné, ils prennent le temps de faire le point et d’inscrire leur vision pour la suite. C’est bien faire sa feuille de route.

Ecrire avec un plan sans se désintéresser de son histoire

Ne pas rentrer trop dans le détail

Il n’y a pas une façon universelle d’écrire avec un plan. Chaque auteur met le curseur là où il le souhaite en ce qui concerne le niveau de détails qu’il inclut dans son plan.

Nul n’est obligé de réfléchir à chaque scène avant de se lancer dans l’écriture.

A minima, nous conseillons aux auteurs débutants de bien réfléchir aux pivots de leur histoire – à ces moments de bascule qui marquent les grands temps du récit. Et oui, si possible, à une fin potentielle pour l’histoire.

Un auteur qui bloque souvent dans l’écriture car il ne sait pas quoi écrire ensuite est un bon candidat au plan détaillé. Nous sommes d’avis qu’avoir une idée générale de ce qui se passe dans chaque chapitre de son roman est le meilleur moyen de ne jamais être bloqué faute d’inspiration.

Mais si cela semble trop lourd, commence avec le curseur moins avancé !

Trouver du plaisir dans la construction de ses scènes

L’argument souvent donné contre le plan est le suivant : « j’aurais trop l’impression d’avoir déjà écrit mon histoire. »

Nous venons de le dire, tu n’es pas obligé de tout imaginer à l’avance. Mais je t’encourage à remettre en question cette idée de double travail.

Et si tout te restait à écrire et à imaginer quand tu écris avec un plan ?

Certes, tu te lances avec une idée prédéfinie. Mais ne dois-tu pas quand même créer chaque scène que tu as préfigurée ? Toute ton imagination sera mise à contribution pour écrire ton livre !

Connais-tu les exercices d’écriture guidés ? Par exemple, utiliser des mises en situation données par quelqu’un d’autre pour écrire un petit texte. C’est ce qu’on appelle des pitchs d’écriture à Licares, ou plus communément writing prompts.

Ce n’est pas parce que je te dis : « Décris la clientèle d’un bar en bord de Seine » que l’exercice est moins intéressant, spontané et ludique que si je t’avais dit d’écrire 1000 mots sur le sujet de ton choix.

Suis le même raisonnement pour ton roman. Avoir réfléchi aux grands temps du récit ne veut pas dire écrire ton histoire deux fois.

La flexibilité du plan

Pour rappel, un plan efficace est un plan flexible. Ton plan ne doit pas être une tablette de marbre que tu suis à la lettre sans jamais en dévier. Si des idées te viennent, si une nouvelle direction te semble plus pertinente, il te suffit de faire évoluer ce plan !

Ta feuille de route te servira justement pour dérouler cette nouvelle idée sur la suite du récit et vérifier que tu ne dois pas faire des ajustement avant et après.

Le modèle de plan que nous donnons à nos élèves dans le cadre de notre formation Devenir écrivain, Projet best-seller répond à tous ces critères d’être simple, flexible, efficace et sans prise de tête !

Tes rendez-vous de la fin d’année 2021 !

Retrouve Lucie Castel pour une masterclass gratuite et en direct sur le thème : 5 conseils d’écriture pour les auteurs débutants, vendredi 17 septembre 2021 à 20h00 (heure de Paris)

Rejoins la session d’octobre de notre formation Devenir écrivain : Projet best-seller. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 26 septembre 2021. Saisis cette opportunité d’être accompagné dans ton projet de roman par une équipe de professionnels du monde du livre !

Les grands points de la conversation :

– La fausse guerre entre jardiniers et architectes
– Les vrais jardiniers sont rares
– Ecrire avec un plan qui n’est pas détaillé
– Ecrire un roman n’est pas faire un jeu de rôle

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap