Écoutez l’épisode :

la peur de ne pas écrire assez bien

La peur de l’écrivain débutant de ne pas écrire assez bien

Ce deuxième volet autour des peurs des écrivains débutants se concentre sur la peur de ne pas écrire assez bien.

Et si notre texte n’était pas au niveau des écrivains qui sont publiés ? Et s’il n’était pas digne d’être présenté à des lecteurs ? Serons-nous incapables de faire justice à cette histoire pourtant merveilleuse que nous avons dans la tête ?

Les inscriptions à la session du 3 mai de la formation Devenir écrivain : Projet best-seller sont ouvertes !
>> Découvrir le programme

Essayons de ne pas partir perdant et de comprendre ce qui fait objectivement un bon niveau d’écriture. Qu’est-ce que écrire assez bien pour se lancer avec confiance dans un projet de roman ?

Ecrire assez bien : les qualités d’un bon texte

Il n’y a en fait pas de réponse objective et univoque sur ce qui fait qu’un texte est considéré comme digne d’être présenté à des lecteurs. Si l’on s’en tient strictement à l’écriture et non à la structure du roman, deux critères sont indispensables :

  • La qualité du français : un texte professionnel est un texte propre qui se conforme à toutes les règles de la langue.
  • La qualité littéraire : un texte littéraire est un texte dont les mots ont été choisis pour leur pouvoir d’évocation.

Si la rigueur du français peut être assurée facilement, pas par l’auteur seul, mais par le concours de ses bêta-lecteurs puis de son équipe éditoriale, la qualité littéraire d’un texte est une donnée beaucoup plus nébuleuse.

Est-ce un texte où l’auteur fait des métaphores filées et utilisent des mots rares ? Non, on peut avoir un style incisif et minimaliste et écrire de la littérature. C’est tout le problème pour un jeune auteur : il n’y a pas de checklist d’éléments indispensables à un texte littéraire !

Retiens cette idée de pouvoir d’évocation des mots : ton objectif devrait être de dire les choses de la façon la plus précise possible, en choisissant chaque mot pour sa justesse dans la transposition de ce que tu as dans la tête sur le papier.

Ne te laisse surtout pas bloquer par la peur de ne pas être assez littéraire.

Le premier jet est un brouillon

Et s’il y a une phase de l’écriture en particulier où tu ne dois pas te soucier d’écrire assez bien, c’est lors de ton premier jet.

Le premier jet n’est pas l’étape de travail minutieux sur les tournures de phrases et le vocabulaire. Le premier jet est un brouillon.

Même si tu recherches dès la première formulation la meilleure façon de dire les choses, ne perds jamais de vue qu’il s’agit d’une première version que tu vas retravailler.

Un roman s’écrit en plusieurs couches. Chaque couche vient améliorer ton texte, et ce jusqu’à l’intervention de personnes extérieures (des bêtas-lecteurs et/ou un correcteur professionnel). Ces personnes vont te porter assistance et te donner une autre perspective sur ton texte pour aller encore plus loin. 

A la phase de correction, tu vas te poser toutes les questions importantes pour être sûr d’avoir donné le meilleur de toi-même d’un point de vue stylistique. Tu t’assureras avoir fait attention à tous les points de vigilance concernant le français, tes tics de langage éventuels et les éléments de style qui te tenaient à coeur.

Et c’est seulement à la fin de ce procédé que tu décides que ton texte est prêt à être envoyé à un éditeur. Et même à ce moment-là, on ne te demande pas que ton texte soit parfait. Il doit être propre et professionnel.

L’écriture est une pratique

Si tu veux écrire assez bien pour faire un roman digne d’être lu et publié, il ne te reste plus qu’à vaincre le plus gros blocage des auteurs, débutants et confirmés : le perfectionnisme !

Le risque est de ne jamais trouver ton écriture assez bonne. Tu vas fonctionner par vagues. Certains jours, ta production trouvera grâce à tes yeux. D’autres fois, tu ressentiras le besoin de réécrire 25 fois les mêmes pages car ce ne sera “toujours pas encore ça”.

Il est essentiel quand tu te lances dans ton premier roman de garder en tête la nature du travail d’écriture.

Il s’agit d’une pratique.

C’est par la répétition, en écrivant, encore et toujours, que tu t’améliores. Il faut écrire pour écrire avec de plus en plus d’aisance et de confiance en soi.

Bien sûr à cela s’ajoute la lecture, vecteur indispensable pour émuler et progresser, ainsi que cette attention portée aux détails lors de la correction. Ton texte sera par définition toujours perfectible.

Ne pars pas perdant en te demandant si tu vas être capable d’écrire un roman et si ce sera assez bien. Ce sera ce que tu es capable de faire aujourd’hui. Ce sera le résultat de tout l’effort, de toute la passion, de toute la motivation dont tu disposes aujourd’hui. Et ce sera par définition suffisant. 

Les grands points de la conversation :

– Echouer par anticipation
– Toute transposition de l’esprit au papier est imparfaite
– Une écriture qui risque de ne jamais être assez bonne
– Accepter l’éternel work in progress

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap