Écoutez l’épisode :

Ecrire le début d'un roman

Réussir le début de son roman

Un début réussi est un début facile à comprendre

Lorsque l’on parle du début d’un roman, il est questions du premier chapitre. Celui-ci peut être un prologue ou le chapitre 1 du récit à proprement parler. C’est un passage stratégique de ton roman puisqu’il s’agit du premier contact du lecteur avec ton texte.

Les premières pages en particulier, et plus globalement le premier chapitre, doivent accrocher le lecteur. Il ou elle doit être vite immergé dans ton histoire pour vouloir en lire la suite.

Le lecteur doit comprendre les enjeux exposés dans ce premier chapitre et se connecter aux personnages. Sa lecture doit être fluide. En bref, il doit comprendre ce qui se passe du premier coup.

Un début de roman souvent à réécrire

La plupart des auteurs écrivent de façon chronologique. Autrement dit, ils commencent l’écriture de leur roman avec le premier chapitre. Lorsqu’ils se lancent dans le début de leur roman, c’est la première fois qu’ils s’immergent dans leur récit.

L’écriture demande souvent une période de chauffe : il faut quelques chapitres à faire parler et bouger ses personnages, à exercer sa plume sur ses tournures de phrases et ses descriptions avant de trouver la fluidité et la maîtrise de notre rythme de croisière.

Il est donc fréquent que les premiers chapitres soient moins aboutis que le reste de l’oeuvre. A l’étape de la correction, il faudra porter une attention toute particulière à reprendre le début du roman !

Voici 3 points de vigilance à garder en tête lorsque l’on écrit ou que l’on corrige le début de son roman.

Erreur 1 : Vouloir trop en faire

L’auteur a souvent peur de ne pas donner assez de détails et que ce qu’il veut faire passer au lecteur concernant le contexte ou les personnages ne soit pas assez clair. Il veut faire comprendre que le personnage a tel ou tel caractéristique, ou que tel détail a vraiment son importance.

En résulte une profusion d’information dès le premier chapitre qui vient surcharger l’expérience de lecture.

Attention à ne pas trop en dire tout de suite. Tu as le temps de développer tes personnages et tes idées tout au long du récit. Ne donne pas des informations qui n’ont aucune importance à ce stade du récit.

Pose-toi la question de ce que tu souhaites transmettre à ce moment précis : quel est le contexte de départ de ton histoire ? Que doit voir et entendre ton lecteur pour lancer l’action ?

Méfie-toi de ne pas tomber dans les écueils suivants :

  • Décrire avec trop de profusion l’environnement / le monde dans lequel l’action se passe.
  • Donner trop d’informations sur le protagoniste mis en scène dans le premier chapitre.
  • Abuser d’un même champ lexical ou multiplier des métaphores sur le même thème pour enfoncer le clou sur l’ambiance que doit comprendre le lecteur.

Pose-toi les deux questions suivantes pour décider si les informations ont leur place dans ce début de roman :

– Est-ce qu’on en a vraiment besoin de ce détail à ce stade là de la lecture ?
Est-ce que je ne répète pas cette même information un peu plus tard ? 

Erreur 2 : Laisser planer trop de mystère

L’extrême inverse est tout aussi handicapant. Si tu ne donnes pas assez d’informations au lecteur, il ne va pas comprendre ce qui se passe.

Or, si le lecteur est perdu, s’il n’a aucun repère qui lui permet de visualiser la scène et de comprendre pourquoi il y a un enjeu, il se lasse et laisse ton livre de côté.

Il est important de comprendre que lorsque l’on dit de rester un peu mystérieux dans son premier chapitre et de ne surtout pas tout dévoiler, cela ne veut pas dire désorienter complètement le lecteur.

Un mystère bien dosé, c’est un lecteur qui se dit : “je comprends ce qui se passe mais je sais que potentiellement je le comprends mal parce que je n’ai pas toutes les clés de ce qui va se passer ensuite. Je comprends qu’à ce stade ce que je vois n’est pas le reflet de la réalité.”

Tu dois répondre aux questions suivantes pour qu’il ne soit pas perdu : qui parle ? Où se trouve-t-il ? Pourquoi cela est important ?

Erreur 3 : Mettre un chapitre 1 qui ne sert à rien

Tu entendras des auteurs te dire qu’arriver à la relecture, ils effacent systématiquement leur chapitre 1 et commencent leur histoire au chapitre 2. Ils se rendent compte que les quelques informations données dans leur premier chapitre peuvent être redistribuées plus tard. Et leur chapitre deux fait rentrer dans l’histoire de façon beaucoup plus dynamique.

N’hésite pas à relire ton premier chapitre, prologue ou chapitre 1, avec le plus d’objectivité possible. Est-il vraiment utile ?

Ton histoire gagne-t-elle a s’en passer ?

La réponse sera peut-être que ton premier chapitre a son importance ! Ce n’est pas absolument pas systématique que de devoir le supprimer. Mais il est important de te poser la question.

Est-ce que le récit commence vraiment lors de ce prologue ou chapitre 1 ?

Qu’est-ce qui a le plus d’impact pour le lecteur ?

Les grands points de la conversation :

– Le début du roman est le passage le plus réécrit
– L’abus des métaphores
– Mystère n’est pas désorientation totale
– Couper ou ne pas couper le chapitre 1

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap