Écoutez l’épisode :

vivre de ses romans

Devenir écrivain et vivre de ses romans

Vivre de ses romans : une vie qui fait rêver ! Nombreux sont les auteurs de romans qui souhaitent faire carrière. Ils ou elles n’ont pas seulement pour ambition de partager leur imaginaire, il veulent faire de l’écriture leur activité principale. S’il est possible de gagner sa vie avec l’écriture de romans, il est important comment se déroule une carrière d’auteur pour avoir des attentes réalistes en terme de rémunération et de temporalité.

Nous n’évoquons pas la question de l’autoédition dans cet épisode. Nous envisageons le seul angle de la publication en maison d’édition.

Une carrière d’auteur se construit sur la durée

A moins d’écrire sur commande ou d’avoir signé un contrat avant de finir son roman, un écrivain n’est jamais assuré de décrocher un contrat d’édition pour son roman. Il peut mettre toutes les chances de son côté en ciblant la bonne maison d’édition, en parlant le langage de l’éditeur et en présentant un roman de qualité professionnelle. Mais les obligations stratégiques de la maison d’édition lui échapperont toujours. Il n’y a jamais l’assurance que son livre trouve preneur.

Ceci est vrai d’un premier roman, mais c’est aussi vrai des suivants. Ce n’est pas parce qu’un premier roman a été édité que le second aura automatiquement l’approbation de l’éditeur. L’auteur n’a le contrôle absolu que sur une seule chose : continuer à écrire des livres sans se décourager.

La rémunération de l’auteur se construit sur la durée

De la même façon, les auteurs qui cartonnent dès leur premier roman sont trop rares pour être pris en exemple. Ils existent, mais il convient de ne pas se créer un projet de vie autour de cette éventualité. Mieux vaut considérer ses revenus d’auteur comme cumulatifs. Un auteur qui se lance est un inconnu sans antécédents de vente et sans base de lecteurs. L’éditeur ne lui proposera ni un gros tirage d’exemplaires, ni des à-valoir phénoménaux.

Mais au fur et à mesure que l’auteur multiplie les publications, il cumule des antécédents de ventes, gagne en notoriété, intéresse des maisons d’édition plus grandes. Le rapport de pouvoir n’est plus en sa défaveur : il peut désormais négocier des contrats bien plus avantageux.

Entre temps, les droits d’auteur de ses différents romans continuent à se cumuler. Ceci ajouté à des à-valoir plus intéressants commencent à lui dégager des revenus qui un jour basculent dans la case “désormais je touche assez pour officiellement vivre de mes romans.”

Faire descendre la pression de devoir vivre de ses romans

De nombreux jeunes auteurs abordent leur projet de publication avec un sentiment d’urgence. Il faut que leur livre soit publié. Il faut que ça marche.

Cette pression très forte et souvent bloquante qu’ils font reposer sur le fait de décrocher un contrat d’édition repose la plupart du temps sur trois perceptions de la carrière d’écrivain :

  • Décrocher un contrat leur donnerait enfin la légitimité : le raccourci persiste qu’il faille être publié pour être auteur.
  • Ils ressentent un fort besoin de mettre du sens dans leur vie en se consacrant à 100% à des choses qu’ils aiment et qui les motivent. D’où l’ambition de vivre de ses romans.
  • Ils n’aiment pas leur travail salarié et sont d’autant plus anxieux de trouver une alternative qui a plus de sens pour eux.

L’urgence ressentie à ce que son projet de publication crée une stabilité financière est un signal d’alarme : attention à ne pas penser son projet de carrière artistique comme on le ferait un emploi salarié. Il faut accepter une certaine insécurité de ses revenus et comme on l’a dit, une montée en puissance plus ou moins lente de ses ventes donc de ses revenus.

Celle-ci ne prendra peut-être pas 10 ans, mais elle prendra plusieurs romans publiés.

Croire en son projet mais écrire pour les bonnes raisons

Il n’est pas question pour nous de te décourager. Non seulement tu peux vivre de ta plume en édition traditionnelle, mais il est passionnant de te donner ce projet de vie. Seulement, garde un équilibre qui te permet de ne pas partir perdant mais de ne pas non plus baisser les bras au premier refus d’éditeur.

Même si ton roman ne trouvait pas preneur au moment où tu le présentes, il vaut quand même le coup d’être écrit. Ne fais pas du contrat et des ventes tes seuls motivateurs.

Mets toutes les chances de ton côté et, quoi qu’il arrive, continue d’écrire des romans. C’est comme ça que tu construis ta carrière d’auteur jusqu’à pouvoir vivre complètement de ses romans.

Nous n’avons pas abordé le sujet de l’autoédition – nous le ferons dans un prochain article. Prends note que la complémentarité de ces deux projets est aussi une manière efficace de multiplier tes revenus.

Les grands points de la conversation :

– Le succès “du jour au lendemain” cache les années de travail
– La carrière d’auteur n’est pas linéaire
– Les revenus de l’auteur ne tombent pas comme dans un emploi salarié
– Il faut faire attention à ne pas faire reposer sa carrière sur son premier roman

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap