Écoutez l’épisode :

Comment écrire un roman : les étapes de ton projet

Reprenons les bases pour diviser ton projet de roman en 7 grandes étapes qui te prendront chacune une à plusieurs semaines selon le temps que tu vas dédier à cette aventure.

Nous considérons le cas d’un roman que tu vas vouloir faire publier en maison d’édition. Pour l’autoédition, les étapes sont les mêmes jusqu’au moment où, plutôt que d’envoyer ton manuscrit aux éditeurs, tu vas enclencher le processus de la mise en ligne et les étapes marketing connexes.

Comment écrire un roman ? Voici ta checklist des grands temps entre l’idée du roman et la soumission à l’éditeur.

Celle-ci vaut pour tous les genres littéraires. Tu te demandes comment écrire un roman fantastique, comment écrire un roman policier, comment écrire un roman d’amour ou tout simplement comment écrire un roman généraliste ? Tu vas suivre ces mêmes 7 étapes pour aller au bout de ton projet.

Etape n°1 : Préciser l’idée fondatrice de ton roman

comment écrire un roman fantasy

Comment écrire un roman ? Il te faut une idée ! Jusque là, c’est plutôt simple. Enfin… Il y aurait fort à dire sur la complexité à s’arrêter à une idée et à croire assez en elle pour lui donner sa chance de devenir un roman. Mais cette première étape va justement te permettre de valider ton idée.

Avant de laisser ton imagination construire tes personnages, avant de te perdre dans les flashs des scènes qui te viennent spontanément, tu dois synthétiser l’idée de ton roman en un phrase simple.

Cette phrase répond à la question suivante : sur quoi et sur qui je veux écrire ? Elle va te permettre d’être au clair sur les grands thèmes qui vont sous-tendre ton roman.

Cette étape est essentielle car elle te permet de te lancer dans ton projet avec une grande clarté sur ton intention et un fil conducteur. C’est d’ailleurs pour cela que nous l’appelons l’intention littéraire.

En sachant là où tu veux en venir avec ton histoire, tu vas pouvoir :

  • Avancer efficacement dans ton texte.
  • En parler de manière claire et synthétique, notamment en aval, aux éditeurs.

Etape n°2 : Faire le travail préparatoire à l’écriture

Les recherches, le plan, et tout ce qui vient avant l’écriture

Un auteur se lance rarement dans l’écriture sans avoir réfléchi au préalable à son histoire et sans avoir noté méthodiquement les éléments qui allaient en être les piliers. Le travail préparatoire est presque à lui seul la réponse à comment écrire un roman de qualité professionnelle.

Ce travail est en fait une multitude de documents de travail.

  • Les recherches, plus ou moins longues selon le genre du livre que l’on écrit et notre connaissance préalable des thématiques et lieux abordés.
  • La création des personnages, et la compilation des fiches de personnages.
  • Le choix des grands rebondissements ou pivots qui viendront rythmer le récit.
  • Le plan de découpage des chapitres, plus ou moins détaillé, plus ou moins abouti selon les auteurs, qui met ces rebondissements dans un ordre et une temporalité.

Tous les auteurs réfléchissent au moins aux trois premiers éléments avant d’écrire. Il s’agit de la colonne vertébrale de leur histoire, sur laquelle ils viendront greffer la chair du texte.

Combien de temps passer sur le travail préparatoire ?

Une question récurrente que l’on nous pose est le temps à passer sur le travail préparatoire. Certains passionnés d’écriture ont l’impression de se perdre dans leurs recherches. D’autres d’être trop minutieux dans leurs fiches de personnage.

Il n’y a jamais une bonne réponse applicable à tous. L’écriture n’est pas une science, mais une pratique éminemment personnelle et chacun doit faire des tests pour trouver sa méthode de travail efficace.

Cependant… Comme souvent, c’est une histoire de juste milieu. Il ne faut pas bâcler son travail préparatoire pour ne pas être coincé ensuite, mais il ne faut pas non plus s’y complaire.

Après avoir fait un rapide sondage parmi les auteurs de ma connaissance, le temps qu’ils accordent au travail préparatoire varie de une à trois semaines.

Envisage de te donner un mois maximum pour mettre en place toutes tes idées et tes personnages, mais de ne pas reculer plus l’écriture.

Ne commence pas à rédiger dans ton plan, ne te perds pas dans des recherches de niveau universitaire pour un récit qui est avant tout une fiction.

Etape n°3 : L’écriture du premier jet de ton roman

comment écrire un roman d'amour

L’essence du premier jet

On arrive enfin à l’étape de l’écriture du premier jet elle-même ! Le premier jet, comme son nom l’indique, est un point de départ. C’est un brouillon. C’est un document de travail.

Cela ne veut pas dire qu’il ne sera pas du tout abouti et que tu devras le réécrire entièrement. Cela veut simplement dire que tu ne dois pas tomber dans le perfectionnisme de vouloir un roman finalisé dès cette étape.

Je dis toujours à nos élèves des formations de LICARES qu’ils n’ont qu’un seul but à l’étape du premier jet : le terminer le plus vite possible. Arriver à la fin pour avoir leur base de travail et avoir enfin leur roman de façon tangible et plus seulement dans leur tête.

Eviter les longues pauses dans l’écriture

En conséquence, je te conseille de ne pas faire de longues pauses dans l’écriture de ton roman. J’aime l’analogie des salles de sport. Quand on s’arrête d’aller à la salle pendant deux semaines (et qu’on est pas très athlétique à la base), il est tellement difficile de se remotiver. De fournir les efforts pour retrouver une cadence où l’entraînement devient plus facile. Souvent deux semaines se transforment en deux mois, en six mois, en un an.

Il en est de même pour l’écriture. Faire une pause de plusieurs semaines dans l’écriture de son roman nous met en danger de retarder considérablement son achèvement car l’effort à fournir pour retrouver un rythme de travail et la bonne concentration n’en sera que plus grand.

Par ailleurs, une longue pause dans l’écriture accroît le risque d’incohérences dans l’intrigue et de problèmes de structure. Tu oublies les détails que tu as déjà donnés, le rôle que tu prévoyais pour une scène… Bref, ton cerveau repart presque de zéro et le lecteur va voir les raccords.

Viser une routine d’écriture quotidienne

Il n’y a pas de rythme d’écriture unique et parfait. Il n’y a que le rythme d’écriture qui te permet d’avancer au plus vite dans notre roman tout en faisant face aux autres priorités de ta vie.

Mais force est de constater que de très nombreux auteurs louent l’efficacité d’une routine d’écriture journalière.

Pourquoi écrire tous les jours ? Justement pour ne jamais perdre le fil de son histoire et s’apprendre à ne pas dépendre de la motivation pour écrire mais de l’habitude.

Chez LICARES, nous préconisons d’écrire 5 jours dans la semaine quand nous parlons d’écrire tous les jours.

Au-delà de la cohérence du texte, cette régularité développe la fluidité de ton écriture. Et bien sûr, c’est un moyen efficace de t’assurer d’avancer encore et toujours dans son histoire.

Je te conseille de faire des séances d’écriture plus courtes, par exemple de 45 minutes ou 1 heure, mais de les faire plusieurs fois par semaine, plutôt que d’attendre le week-end pour écrire une demi-journée complète.

Il y a de grands points positifs à faire de longues séances d’écriture, mais il y a aussi un risque accru qu’un imprévu survienne et que tu ne puisses finalement pas écrire. Auquel cas, tu passeras une semaine sans avancer ton texte.

Etape n°4 : Laisser pauser, puis corriger

3 semaines sur autre chose !

Ça y est ! Ton premier jet est bouclé ! Bravo ! Et tu vas célébrer cela comme il se doit… en faisant une pause !

Il ne s’agit pas simplement de reprendre ton souffle, même si après plusieurs semaines de concentration et de travail intellectuel, cela se justifie complètement.

Je t’invite à faire une pause pour augmenter l’efficacité de tes corrections à venir. Après des semaines d’écriture et sûrement un peu de relecture au fur et à mesure, ton cerveau est habitué à ton texte.

Tu n’es plus en mesure de prendre le recul nécessaire pour juger des éléments superflus ou manquants, ou tout simplement pour faire un travail efficace sur les fautes d’orthographe et de syntaxe.

A titre personnel, je laisse pauser mon roman 3 semaines avant de le reprendre.

Ne pas craindre l’étape des corrections

Je sais que certains jeunes auteurs ont très peur de ne pas réussir à se replonger dans leur texte et de se remettre au travail s’ils font une telle pause. Mon analogie de la salle de sport se retourne contre moi !

Il est important de ne pas se lancer dans les corrections avec l’idée que l’on est parti pour réécrire son roman. Il s’agit rarement de déconstruire tout le travail fait.

Le travail de relecture et correction est un travail différent de celui du premier jet.

Relance-toi dans ton roman progressivement. De la même manière que tu n’as pas besoin de retourner à la salle de suite 6 fois par semaine, reprends le fil de ton histoire au ralenti, à raison de quelques pages à relire tous les soirs, pour ensuite augmenter la cadence quand tu sens ton action t’enthousiasmer à nouveau.

Etape n°5 : Le retour des tiers

comment écrire un roman historique

A ce stade, tu as fait tout ce que tu pouvais par toi-même.

Je ne sais pas comment écrire un roman sans faire appel à des personnes extérieures qui pourront porter un œil nouveau sur ton récit. Je t’invite donc à chercher l’appui de bêta lecteurs et / ou de correcteurs éditoriaux freelance.

Les bêta lecteurs

Les bêta lecteurs sont des lecteurs bénévoles qui acceptent de relire ton texte. Selon leurs compétences et leurs appétences, ils seront en mesure de te signaler les erreurs de français. Ils te donneront leur point de vue sur l’équilibre de l’action et sur la vraisemblance de ton récit.

Si possible, tes bêta lecteurs sont des lecteurs du genre dans lequel tu écris, afin de t’assurer que leurs retours soient les plus pertinents.

La plupart des auteurs trouvent leurs bêta lecteurs parmi leurs proches, parmi leurs lecteurs et parmi des collègues auteurs.

Je te conseille d’avoir le retour d’au moins deux personnes différentes. Tu intègreras ensuite, si cela te parait pertinent, leurs remarques pour une version finale de ton texte.

Les correcteurs éditoriaux freelance

J’ai déjà eu l’occasion de te faire connaître le métier de correcteur éditorial. Contrairement aux bêta lecteurs, le correcteur est un professionnel. Son travail est donc soumis à rémunération.

Le correcteur connait les exigences des éditeurs. Il peut te proposer un retour beaucoup plus détaillé, notamment sur les problèmes éventuels de structure de ta narration.

Tu vas beaucoup apprendre sur ton écriture et comment améliorer ton roman auprès des correcteurs. Quand tu signes avec un éditeur, c’est un correcteur éditorial qui le plus souvent va faire le fameux travail de correction. Il s’agit de la même prestation.

Il n’y a pas de régulation de ce métier. Trouver un bon correcteur avec qui tu noues une relation de confiance n’est pas toujours plus facile que trouver de bons bêta lecteurs.

Qui privilégier : bêta ou correcteur ?

Si tu es en mesure de faire appel aux deux, je te dirais de faire appel aux deux !

Dans le cas contraire, trois points peuvent t’aiguiller dans ton choix :

  • Ton expérience. Si tu débutes tout juste dans l’écriture, le retour d’un professionnel peut être un tremplin pour t’améliorer. Aussi je te recommande d’avoir recours à un correcteur. Si tu es plus aguerri, que tu connais tes points forts et tes faiblesses, que tu as déjà signé avec un éditeur, nul besoin de doubler la prestation de correction que tu recevras de toute façon de la part de ton éditeur.
  • Ta bourse. Es-tu en capacité de mettre entre 800 et 1500€ dans une prestation de correcteur ? Le correcteur va travailler jusqu’à un mois sur ton texte. Il te demandera une rémunération en conséquence.
  • Ton réseau. Qui peux-tu solliciter dans ton entourage ? Si tu as déjà plusieurs bêta lecteurs potentiels, tu peux déjà avoir leur retour et l’intégrer à ton texte avant de faire la démarche de solliciter un correcteur.

Etape n°6 : Cibler les bons éditeurs

Ton manuscrit est réellement terminé ! Il est prêt à être envoyé aux éditeurs !

Tu entames désormais la joyeuse partie des candidatures spontanées. Celle-ci commence avec la recherche de tous les éditeurs qui seraient en mesure de vendre ton livre.

Je te renvoie à de précédents podcasts où je t’explique en détail que tu dois faire ta sélection selon deux critères :

  • Le genre de ton roman. Tu dois savoir dans quel grand genre ton roman se classe. Tu vas choisir des éditeurs qui ont des collections proposant ce genre.
  • La capacité de promotion de l’éditeur. Entre petit et grand éditeur, relation plus personnelle et plus grosse distribution, panache les éditeurs que tu vas solliciter.

Etape n°7 : Rédiger le dossier de soumission

Voilà ! Tu es prêt à envoyer ton manuscrit !

Pour mettre toutes les chances de ton côté, tu vas faire parvenir ta candidature spontanée avec un superbe CV et une lettre de motivation. En l’occurrence, un dossier de soumission dont la pièce maîtresse est une note d’intention.

Celle-ci explique de manière résumée ce dont ton livre parle, mais surtout, il le présente à l’éditeur dans des termes qui vont le convaincre qu’il pourra le vendre facilement.

La formation Devenir écrivain : Projet best-seller de LICARES rentre dans le détail de la rédaction du dossier de soumission et comprend un modèle clé en main, prêt à l’emploi, à personnaliser avec les détails de ton roman.

ÉPINGLE CET ARTICLE SUR PINTEREST !

comment écrire un livre

Les grands points de la conversation :

– La phrase d’intention littéraire n’est pas un gadget
– Pourquoi il ne faut pas s’éterniser sur le travail préparatoire
– Viser dans la mesure du possible une heure par jour
– La différence entre bêta lecteur et correcteur

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

3 Comments

  1. J’en suis à l’étape Préparation. 🙂
    D’ailleurs, j’utilise votre fiche PERSO – qui m’a changé la vie, j’en utilisais une moins poussée (juste pour le physique) mais celle-ci m’aide beaucoup pour la psychologie du personnage.

    La question du registre de langage et choix lexicaux se posent. J’alterne les chapitres selon le point de vue de mon couple de protagonistes. JE & IL. La femme a un langage courant, l’homme plus familier.
    Je sais qu’il faut les caractériser dans le dialogue par exemple. Mais puis-je le faire également dans les chapitres, pour les descriptions ou les réflexions ? J’ai peur que cela ne choque, ou ne perturbe trop le lecteur.

    Qu’en pensez-vous ?
    Merci pour ce blog en tout cas, et les podcats = de vrais mines d’or.

    • LICARES Reply

      Bonjour ! Oh merci à toi pour ce super retour 🙂
      Alors si tu écris du point de vue d’un personnage (il ou je, peu importe), tu peux (et c’est même recommandé) colorer ton style du caractère des personnages. Donc dans tes chapitres au point de vue de l’homme, le style sera plus familier direct, voire peut-être ordurier par moment et quand ru es du point de vue de la femme, tu reprends un style plus classique. C’est même tout l’intérêt d’écrire du point de vue d’un personnage : plonger le lecteur dans la tête du perso dont c’est le point de vue ! 🙂

  2. Bernard Grand Reply

    Dans une vie (de chacun) il n’y a pas de chapitre, de ‘scène 1’ ou ‘2’, il y a une continuité faite d’hasards de rencontre.
    Une idée, part d’un film (par exemple) ou la tournure s’éloigne de tes préjugés. Donc là, tu prend ton clavier et écris ton histoire à ta façon. Tu vas te retrouver en impasses ? Tant mieux ! T’as qu’à réfléchir et tu trouveras la sortie !
    Il n’y a rien de plus barbant de réécrire une histoire ! (suis passé du roman au scénario).
    Parfois arrive une autre idée. (des idées de cadrage, de réflexion, de continuité plus plausibles) Celle-ci est posée à part pour un prochain scénario.

    J’ai plus d’une centaine de scénarios commencés et, de les relire, il m’arrive parfois de trouver des continuités.

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap