Écoutez l’épisode :

trouver des bêta lecteurs

Bêta-lecteur : la perle rare qui t’aide à corriger ton roman

As-tu besoin absolument d’un bêta-lecteur et si oui, où le trouver ? Ce sont certainement les deux questions que les jeunes auteurs me posent le plus !

Paniqués de ne pas avoir de bêta-lecteurs sous le coude, ils craignent que la phase de correction de leur roman soit menacée. Qu’en est-il vraiment ?

Dans cet article, je te dis tout sur la bêta-lecture et je réponds à la question brûlante : où trouver des bêta-lecteurs pour corriger ton roman ?

A quoi sert une bêta-lecture ?

La première lecture par un tiers

La bêta-lecture est la première relecture de ton manuscrit par un tiers.

Une fois ton premier jet terminé, je te conseille de le laisser poser. Accorde-toi une pause de plusieurs semaines pour retrouver un peu de recul sur ton texte. Puis, relis ton manuscrit dans son intégralité pour détecter les fautes les plus flagrantes et les omissions éventuelles. Tu peux évidemment retravailler des parties qui te posent problème.

La version « auteur » de ton histoire est terminée.

Pour pouvoir la partager avec des lecteurs, tu veux t’assurer de la transformer en version « lecteur ».

As-tu raconté cette histoire de manière à ce que tous les éléments soient compréhensibles et logiques pour une personne qui n’est pas dans ta tête ? As-tu su rendre tes personnages vraisemblables ? Respectes-tu toutes les règles élémentaires du français qui rendent la lecture fluide ?

Pour le savoir, tu as besoin de faire lire ton texte à d’autres personnes.

Choisir un relecteur

Tu as trois alternatives :

  • Le faire relire par un particulier : le bêta-lecteur.
  • Le faire relire par un professionnel de la correction : le correcteur éditorial.
  • Le transmettre directement à un éditeur.

Si tu démarres tout juste ta carrière, je te conseille très fortement de tendre ce filet de sécurité qu’est le passage par un relecteur, particulier ou professionnel, avant de soumettre ton roman à un éditeur. Si tu as les moyens de collaborer avec un correcteur professionnel, c’est parfait. Sinon cherche un ou deux bêta-lecteurs.

Tu apprendras énormément sur tes forces et tes faiblesses et tu augmenteras tes chances d’être publié.

De même, si tu veux publier en autoédition, confronte ton texte à un tiers pour t’assurer a minima de n’avoir laissé passer presque aucune faute.

Qui sont les bêta-lecteurs ?

Un lecteur consciencieux et pointilleux

Le bêta-lecteur est un particulier qui a une appétence pour la lecture et qui est capable de faire une lecture active d’un texte. En d’autres termes, il est capable d’exprimer un avis sur ton roman au-delà d’un simple retour du type « j’ai aimé » ou « je n’ai pas aimé ».

Le bêta-lecteur n’est pas un correcteur professionnel : il n’a pas de formation particulière relative à la relecture et à la correction de roman. Il est dans la majorité des cas un bénévole.

Ses aptitudes vont donc varier d’une personne à l’autre. Il y a en général trois compétences clés qu’il peut mettre à ton service.

  • La maîtrise du français : ton bêta peut être un as de l’orthographe ou de la concordance des temps et repérer les fautes et les répétitions que ni toi, ni ton logiciel de correction n’avez vues.
  • La maîtrise des codes d’un genre : ton bêta peut être un fervent lecteur du genre dans lequel tu écris. Il sera en capacité de te dire si tu réponds aux attentes du public de ce genre ou si tu t’éloignes de ce qui plait aux lecteurs de ce genre.
  • Le ressenti lecteur : ton bêta est un lecteur test qui pointe les contresens éventuels ou les passages qui pour lui manquent de clarté. Il te fait un retour instinctif de lecteur lambda. Il te dit comment il a perçu le déroulé de ta narration, ce qu’il a compris, ce qu’il a aimé, ce qui n’a pas résonné avec lui.

C’est cette diversité des profils et des sensibilités qui rend la bêta-lecture si intéressante.

Et c’est aussi cette diversité qui me fait t’encourager d’avoir le retour de plusieurs bêta-lecteurs si tu le peux , et non pas d’un seul. Notamment, au moins une personne qui soit un grand lecteur du genre dans lequel tu écris.

devenir beta lecteur

Ce que tu ne peux pas attendre d’un bêta-lecteur

Le bêta-lecteur est un particulier et dans une majorité des cas un bénévole.

Tu ne peux pas attendre de ton bêta le travail d’un correcteur éditorial que tu rémunères.

Le correcteur éditorial est un professionnel polyvalent qui est en capacité de te faire un retour sur tous les aspects de ton roman : syntaxe, orthographe, cohérence, rythme, style, pertinence des informations distillées, de la façon dont on les introduit, des time-lines, du temps choisi, etc.

Pourquoi devient-on bêta-lecteur ? Par amour de la lecture, par amour d’un genre littéraire, par amour de l’orthographe par fois, et surtout par désir d’aider des auteurs.

Comme avec tous les travaux bénévoles, il y a une limite au contrôle que tu peux avoir sur la pertinence des retours et sur la disponibilité des personnes qui t’aident.

Des bêta-lecteurs rémunérés ?

Du bénévole au prestataire de service

Certains bêta-lecteurs ont vu une opportunité de transformer le temps passé en relecture bénévole en revenu d’appoint. Ils demandent à l’auteur une rémunération. Celle-ci n’est pas du niveau d’un correcteur professionnel mais s’élève à plusieurs dizaines d’euros.

Cette pratique récente n’est pas si surprenante à l’heure où Internet démocratise les services payants entre particuliers et autres formes d’Uberisation. D’ailleurs des plateformes apparaissent pour mettre en relation bêta-lecteurs payants et auteurs.

Mais elle casse certainement la candeur associée à la bêta-lecture qui se voulait un vrai acte d’entraide désintéressé de lecteur à auteur.

Que dois-tu privilégier ?

Trois choses sont à prendre en considération pour savoir si tu dois te tourner vers un bêta-lecteur qui demande une rémunération :

  • As-tu déjà essayé et échoué de trouver quelqu’un qui ne te demandera pas d’argent ?
  • Souhaites-tu travailler en particulier avec cette personne car tu lui fais confiance ?
  • Aimes-tu les avantages que te confères le fait de la rémunérer ?

Parlons justement de ces avantages.

Pourquoi payer son bêta-lecteur

Le fait d’échanger de l’argent contre un service peut te donner une certaine forme de contrôle.

La personne s’engage davantage si elle t’est redevable d’une prestation et non plus d’une faveur. Elle peut moins facilement se défiler ou prendre un retard énorme si elle espère être payée.

Attention, elle reste un particulier. Si elle n’a pas de statut administratif, tu restes dans un échange de particulier à particulier. Tu ne peux quand même pas attendre le même professionnalisme ou la même polyvalence que tu le ferais d’un correcteur éditorial.

Mais il est quand même plus difficile de mettre la pression à un bénévole qu’à une personne que tu payes. Tu peux aussi avoir le recul de ses précédents clients sur sa méthode de travail et son sérieux.

Je ne fais aucun jugement de valeur sur le fait de payer ton bêta-lecteur. Fais-le pour les bonnes raisons et en toute connaissance de cause.

J’aime prendre l’avis et les retours de plusieurs personnes, entre deux et trois. Vas-tu faire le choix de rémunérer plusieurs personnes ?

Comment travailler avec un bêta-lecteur

Le cahier des charges

Je t’encourage de prendre le temps de réfléchir à ce que tu attends de ton bêta-lecteur et de discuter avec lui de ce qu’il peut t’apporter.

Quel est le retour dont tu penses avoir besoin ? Quel est ton calendrier éditorial et quand as-tu besoin de ce retour ?

Quelle est la spécialité de ton interlocuteur ? Que peut-il vérifier et au contraire sur quoi n’est-il pas à l’aise ?

Soyez clairs sur ce que vous pouvez attendre l’un de l’autre et sur votre façon de communiquer. Sois transparent sur l’engagement que tu souhaites de sa part. Demande à être prévenu si ses disponibilités changent ou s’il prend du retard sur sa lecture.

Je te conseille, surtout si tu comptes rémunérer la personne, d’établir une grille d’analyse qui te permettra de vérifier son travail. Fais la liste des points de vigilance qu’elle est sensée regarder.

Par exemple : les répétitions, la concordance des temps, la compréhension de la narration, les contresens, la clarté de certains passages, la vraisemblance de tes personnages, le rythme, etc.

Même un simple lecteur test doit essayer de te faire un retour qui te permette de comprendre pourquoi il a aimé ou pas aimé certains passages de ton histoire.

Et pourquoi pas établir un contrat ou devis si tu payes la personne, pour vraiment officialiser votre partenariat?

La confiance n’exclut pas le contrôle

Tu ne sauras si la personne est sérieuse qu’en lui donnant sa chance !

De même, tu ne sauras si ses retours sont pertinents qu’en prenant connaissance de ce qu’elle a à dire de ton texte.

Quand tu travailles avec une personne pour la première fois, je te conseille de vérifier son travail. Mets de côté toute considération de confiance. La confiance n’exclut pas la vérification dans une relation de travail. Au contraire, la vérification consolide ta confiance.

beta correction roman

Faire des choix sur les retours des bêtas

Il n’y a bien que sur les règles du français que tu appliqueras strictement les corrections qui te sont proposées.

Pour tout le reste, les recommandations sur ton texte, libre à toi de prendre en compte les suggestions de tes collaborateurs ou de les ignorer.

Pars du principe que si tu demandes le retour de tiers, c’est au moins pour prendre en considération ce qu’ils te proposent.

Mais justement, leur avis te forcera à questionner ton texte et à mettre du sens sur des choix qui étaient peut-être jusque-là instinctifs. Pourquoi tu préfères une forme plutôt qu’une autre, par exemple. Quel sens cela à pour toi.

Alors, où trouver des bêta-lecteurs ?

Répondons enfin à la question à 100 000€ (au moins) ! Oui mais où trouver ces perles rares ?

1) Son cercle de connaissances

La plupart des auteurs se tournent déjà vers leur entourage.

Parmi les personnes que tu connais, y a-t-il des lecteurs ? Dans ta famille, dans tes amis ? Et parmi les amis d’amis ?

N’aie pas peur de solliciter l’aide de tes proches ou d’étrangers d’ailleurs. Parfois un simple appel à l’aide sur Facebook peut de mettre en relation avec des personnes bienveillantes.

2) Les groupes de lecteurs et d’auteurs

Les réseaux sociaux sont l’endroit privilégié pour rencontrer des partenaires. De nombreux groupes Facebook, serveurs Discord ou forums thématiques réunissent les lecteurs et/ou les auteurs.

Pars à la recherche de ses groupes qui sont nombreux et, encore une fois, ose demander de l’aide.

Il est possible que tu doives parfois rentre la pareille, notamment auprès de collègues auteurs qui te proposeront de faire ta bêta si tu fais la leur.

C’est à force de prise de contact et d’échanges que tu créeras ton réseau et que tu trouveras peut-être tes bêtas par recommandation d’autres auteurs.

3) Les plateformes d’écriture

Si tu publies déjà sur des plateformes gratuites comme Wattpad ou Fyctia, pourquoi ne pas solliciter tes lecteurs ? Ils connaissent déjà ton travail et seront certainement enthousiastes pour collaborer avec toi !

Mon conseil : ne va pas publier sur ces plateformes juste pour trouver des bêta-lecteurs. Fais-le car cette démarche de partage gratuite t’intéresse.

Si tu es auteur de fanfictions, même idée : passe un appel à ta communauté !

4) Les plateformes payantes

Je te disais que certains font de la bêta-lecture un business : tu as toujours cette possibilité de trouver quelqu’un qui fera la bêta contre rémunération.

Soit parce que c’est ta seule alternative pour trouver un bêta-lecteur, soit parce que cette démarche d’être dans une relation de prestation te convient mieux.

Je n’ai pas encore testé ce service, je n’ai donc pas de plateforme en particulier à te conseiller. Mais une recherche Google devrait te mettre sur la voie.

Ne te décourage pas : tu vas construire petit à petit ton réseau, faire des tests, apprendre, et définir la méthode de travail et les partenaires qui te conviennent le mieux !

EPINGLE CET ARTCLE !

beta lecteur correction roman

Les grands points de la conversation :

– Le bêta-lecteur est un particulier
– Tu n’es plus objectif sur ton texte après des mois de travail
– Les amoureux de l’orthographe existent (et c’est tant mieux)
– Faut-il fuir les bêtas qui veulent être payés ?
– Ce à quoi il faut dire non

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap