Écouter l’épisode :

écrire roman de fantasy

Ecrire un roman de fantasy : tes points de vigilance

La fantasy est un sous-genre prolifique et populaire de la littérature de l’imaginaire. Il se caractérise pour la présence du merveilleux, de la magie, dans le monde dépeint par l’auteur.

Voici 8 conseils d’écriture qui devraient d’aider à réaliser un roman de fantasy professionnel et dynamique.

Conseil n°1 : Ne te force pas à écrire une série

Un roman dont l’intrigue est résolu en un seul tome, soit un tome unique, est volontiers appelé par sa dénomination anglaise : le one shot.

Son contraire est un roman dont l’intrigue s’étend sur plusieurs volumes. Il s’agit d’une série.

La série peut être concise en 2 tomes : c’est la duologie. En 3 tomes, on parle de trilogie. Mais elle peut s’étendre sur un plus grand nombre de volumes.

La littérature de l’imaginaire est un genre qui se prête volontiers aux série. En effet, on crée des modes avec leurs propres règles et leurs propres mythologie. Aussi le développement du contexte et l’immersion dans le monde incitent de nombreux auteurs à penser leur intrigue en série.

Par ailleurs, de nombreux titres cultes (souvent repris au cinéma) sont des séries. On pense bien évidemment au totem du genre : Le Seigneur des anneaux.

Pourtant les séries ne composent pas la majorité des oeuvres éditées en fantasy, ni la majorité des grands succès commerciaux.

Sachant que l’écriture d’une série est un exercice complexe qui demande une grande maîtrise de son histoire et de sa plume, que les éditeurs sont plutôt frileux à éditer des séries au-delà des 3 tomes, je t »invite simplement à ne pas te penser contraint d’écrire une série parce que tu es dans le genre de la fantasy.

Fais le choix du one shot ou de la série selon ce qui est le plus pertinent pour ton histoire.

Conseil n°2 : Ne te perds pas dans les détails dans tes descriptions

Les auteurs d’un roman de fantasy vont, par définition, créer un monde de toute pièce ou insuffler au monde réel une réalité alternative.

Cependant n’oublie pas que tu n’es ni historien, ni architecte. Tu n’écris pas un livre d’histoire ou un recueil mythologique sur le monde que tu as créé.

De plus, trop d’éléments nouveaux peuvent vite perdre le lecteur. Par exemple : un grand nombre de nouvelles espèces, de multiples religions aux rites inconnus, ou même une carte politique compliquée avec de nombreux royaumes.

Le décor que tu construis autour de ton intrigue ne doit jamais prendre le dessus sur ton intrigue elle-même. Le lecteur suit les aventure de ton ou tes protagonistes.

Conseil n°3 : Mêle intrigue principale et intrigues secondaires

Ce conseil est valable pour tous les romans, mais particulièrement lorsque tu écris un roman de fantasy.

Les intrigues secondaires s’entremêlent avec l’intrigue principale

Classe les actions qui relèvent de l’intrigue principale et celles qui sont du ressort des intrigues secondaires. Comment intéragissent-elles ? Comment les intriguent secondaires contribuent et reflètent l’intrigue principale ?

Il est important que tu n’écrives pas plusieurs romans en un. Toutes les lignes narratives doivent servir ton action principale.

D’ailleurs, attention à ne pas surmultiplier les intrigues au risque de perdre le lecteur en cours de route !

Conseil n°4 : Crée un monde crédible

Même si ton histoire ne prend pas place dans notre monde, il faut que tu gardes une certaine logique intrinsèque au monde que tu crées.

Tu crées un certain nombre de règles qui régissent ton monde. Il ne faut pas tu trahisses ces règles si tu veux que ton histoire ne perde pas son sens.

Je ne parle pas de recréer la logique et les règles de notre monde dans ton univers. Je pense à Terry Pratchette par exemple, passé mettre dans le caractère ubuesque de l’organisation de sa cité dans son oeuvre du Disque-monde. Mais ta logique (ou ton illogisme) doit rester égal à lui-même.

Ainsi, tu respecteras le principe de vraisemblance, cela même dans un univers de fantasy.

Conseil n°5 : Ne cherche pas à toujours expliquer la magie

Dans un monde imaginaire, tu as le droit d’établir des présupposés sans leur donner d’explications scientifiques ou logiques.

Le licorne, les dragons, les griffons peuvent exister sans que tu donnes une explication rationnelle à leur capacité à générer du feu ou à courir sur les arcs-en-ciel par exemple.

Tu peux donner des explications si cela t’importe, mais attention de ne pas te sentir obliger de mettre du rationnel là où il n’y en a pas.

Conseil n°6 : Evite les clichés

Difficile d’être complètement original, oui, même dans un roman de fantasy !

Ce qui fera l’originalité de ton histoire, ce sont moins les briques qui construisent ton monde que les interactions entre tes personnages.

Et cela n’est pas grave : les lecteurs seront satisfaits de retrouver certains motifs narratifs récurrents, certains tropes qui caractérisent le genre de la fantasy.

Cela étant dit, attention bien évidemment à ne pas utiliser des motifs qui perdent de leur impact et de leur sens à force d’avoir été réutilisés… évite les clichés.

Conseil n°7 : Planifie toute ta série

Je suis une fervente utilisatrice du plan détaillé pour l’écriture de mes romans. Plus ou moins détaillé, mais en tout cas, il me faut une feuille de route dans laquelle je prévois les grands temps de mon histoire.

Si tu écris une série de fantasy, il sera très important de prévoir une telle feuille de route pour ta série entière, puis ensuite pour chaque volume.

Il doit se passer quelque chose dans chaque tome. Une action et sa résolution doivent prendre place dans chaque volume.

Mais il faut également construire le plan général de la série, dans sa totalité, dans lequel s’imbrique chaque plan de chaque tome, pour que le fil narratif soit cohérent.

Conseil n°8 : La nuance, toujours la nuance

La fantasy est souvent le terrain d’affrontement de deux concepts absolu : le bien et le mal.

Or, il s’agit le plus souvent d’un raccourci propice à résumer des histoires complexes et prolifiques.

Les meilleurs histoires de fantasy sont celles qui apportent de la nuance, notamment dans les motivations et les personnalités des héros.

La frontière entre le bien et le mal n’a pas besoin d’être tranchée. Il est au contraire intéressant de donner plus de relief à ton action et à tes personnages en montrant les conséquences des choix des hommes.

Les grands points de la conversation :

– Commencer dans la fantasy par un one-shot ou une série courte
– La bonne gestion du nombre de sous-intrigues
– Comment faire un plan quand on écrit une série
– Rester crédible sans avoir besoin de tout expliquer

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap