Écouter l’épisode :

pensées toxiques écrivain

Ces pensées toxiques qui empoisonnent ta vie d’auteur et ton roman

Ecrire un roman n’est pas juste une question de technique. C’est un marathon lors duquel tes émotions et ton mental sont mis à rude épreuve. C’est un parcours compliqué, risqué. Critiques, digressions et perte de motivation te narguent à chaque virage.

Tes pires ennemies sont tes propres pensées toxiques. Tes croyances limitantes.

Si tu arrives à contrôler ces peurs, tu finiras ton livre : tu n’abandonneras pas.

Voici 7 exemples de pensées toxiques qu’un auteur à tendance à rencontrer au cours de son processus d’écriture pour que tu puisses préparer ta contre-attaque !

Pensée toxique n°1 : Se comparer aux autres

L’enfer, c’est les autres. Enfin, c’est se comparer aux autres pour se dévaloriser et perdre espoir dans sa capacité à réussir son projet ou sa carrière.

A l’époque des réseaux sociaux, la comparaison est plus encouragée que jamais. Il est tout à fait logique que ce soit un conditionnement de la plupart d’entre nous.

Mais ces pensées sabotent ta créativité. Tu risques de te convaincre que les nombreux refus, un roman qui ne vend pas autant que celui d’un autre auteur, des critiques négatives de lecteurs, seraient la preuve que tu ne devrais pas continuer à écrire.

Chacun avance à son rythme et il n’y a pas une date de péremption sur ta carrière d’auteur. Au contraire, si de nombreuses professions sont de moins en moins accessibles alors que tu vieillis (pour tout un tas de raison indépendantes de toi d’ailleurs), la carrière d’auteur est ton oasis que tu peux explorer à n’importe quel moment de ta vie.

En ce qui concerne les réseaux sociaux, ne te méprends pas : tu sais que les influenceurs te renvoient une image romancée de leur vie. Les auteurs en font de même.

Pensée toxique n°2 : Chercher le buzz

Attention à la culture du buzz !

Parmi les pensées toxiques insidieuses des auteurs de roman : l’idée qu’il faut une explosion médiatique et un départ des ventes de ton livre en flèche pour que tu puisses parler de succès.

Toujours conditionnés par le Web et son instantanéité, notre regard se porte sur les contenus dits viraux. Ils donnent l’illusion que le succès « du jour au lendemain » peut arriver facilement et que c’est le succès qui te porte le plus loin.

C’est une illusion.

La probabilité de faire le buzz reste faible. De plus, les concours de circonstances, les coups de chance, sont rares. Le gagnant du loto était certainement Marc Levy avec son premier roman Et si c’était vrai qui a plu à une boite de production presque immédiatement.

C’est exceptionnel. Le plus souvent, lorsqu’un auteur perce dans les médias, il a travaillé et ses textes et sa stratégie publicitaire depuis de nombreux mois, voire de nombreuses années.

Je trouve toujours rassurant de me rappeler que J.K Rowling a essuyé des années de refus avant de bénéficier d’un énorme succès avec les romans de la saga Harry Potter.

Pensée limitante n°3 : Ne voir que les têtes d’affiche

Si tu n’évolues pas au quotidien dans le milieu éditorial, il est facile d’avoir une vision binaire, bloquée sur les extrêmes. C’est aussi une des pensées toxiques à corriger pour avancer dans ton roman !

D’un côté, il y a une poignée d’auteurs élus, mis en avant partout et tout le temps. Guillaume Musso, Marc Levy, Amélie Nothomb, ou encore Virginie Grimaldi.

De l’autre, il n’y a que des inconnus qui sortent ponctuellement de l’anonymat et qui ne vivent pas de leur plume.

Or, de la même manière que les seuls acteurs qui vivent de leur métier ne sont pas Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, il y a toute une constellation d’auteur qui font de belles carrières sans être les coqueluches des affiches de métro parisiennes.

Pensée toxique n°4 : Un flop commercial brise une carrière

Tous tes romans ne rencontreront pas le même succès. Et c’est normal.

Malheureusement, le succès de tes romans ne sera pas forcément proportionnel à ton investissement émotionnel dans ceux-ci. Un roman qui te plaira davantage ne sera peut-être pas le favori du public.

Un roman qui est objectivement un bon roman et qui mériterait une reconnaissance publique ne l’aura pas forcément et pour des raisons qui n’auront rien à voir avec ton roman.

Il faut que tu déconnectes le succès d’un livre de ta valeur en tant qu’auteur.

Un flop commercial n’est pas la fin d’une carrière, c’est un détour qui arrive à tous les auteurs à un moment ou un autre.

Pensée toxique n°5 : Penser qu’écrire un livre devrait être facile

Même si certains auteurs renvoient une image d’un processus simple, clair, du début à la fin de l’écriture du livre, ce n’est pas le cas.

Il n’existe pas de félicitée perpétuelle. Notre motivation varie tout au long des étapes d’écriture et c’est normal.

On peut supposer que même quelqu’un comme Franck Thilliez ou Bernard Minier, connait des moments plus difficiles que d’autres. Eux aussi ont des pensées toxiques comme tous les auteurs de roman.

Je serais tentée de dire que le processus créatif est parfois encore plus dur pour eux que pour d’autres ! En effet, la pression et les attentes financières des éditeurs sont d’autant plus importantes pour des auteurs célèbres.

Pensée toxique n°6 : Être jaloux du succès ou de l’échec des autres

Une petite pensée toxique qui va avec la toute première abordée. Si tu n’as pas l’impression de te culpabiliser quand tu te compares aux autres, ressens-tu de la frustration ou même du dégoût au succès des autres ? Te réjouis-tu de leurs échecs ?

Bravo, tu es jaloux.

Mais ce n’est pas grave. Il faut que tu ailles plus loin que ce sentiment. Il faut que tu travailles sur tes attentes, ton travail et ta perception des autres. Le succès des uns ne t’enlèvent rien et tu ne gagnes rien de l’échec des autres. Au contraire, sois humble et apprends de leurs expériences.

Pensée toxique n°7 : Ecrire pour la gloire et la notoriété

Il faut éviter d’écrire pour combler une faille narcissique.

Il n’y a rien de mal à aspirer à la notoriété. Au contraire, permets-toi de voir grand !

Mais il n’y a pas de voix express à la gloire, et certainement pas grâce à l’écriture.

Ce « shoot » d’amour que l’on reçoit quand des lecteurs nous complimentent est une sorte de récompense immédiate et facile qui donne l’impression d’être comblé et accompli.

Garde à l’esprit que cette admiration n’est qu’éphémère, ta valeur et ta confiance en ton texte ne doit pas venir de l’autre mais de toi. Le succès reste volatile et incontrôlable.

Les grands points de la conversation :

– Les autres auteurs doivent être tes alliés dans ton évolution personnelle
– Ne fais pas auteur pour devenir riche et célèbre rapidement
– Ta carrière d’auteur ne sera pas linéaire
– Ta motivation fluctue au cours du processus d’écriture

Écoutez l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap