Écoutez l’épisode :

Il faut distiller l’historique du monde que l’on a créé tout au long du roman et surtout pas le plaquer sur les premiers chapitres.

LUCIE CASTEL
Ecrire en fantasy

La fantasy ou le plaisir d’imaginer un nouveau monde

La fantasy est un genre particulièrement stimulant car il n’est pas soumis aux limites et aux lois de notre monde physique réel.

1) Ne pas rendre la structure de son monde invraisemblable

En fantasy vous êtes le maître de votre monde. Si vous voulez créez un monde plat, posé sur le dos de trois éléphants eux-mêmes en équilibre sur une tortue, nul ne peut brimer votre imagination.

Gardez cependant cela en tête : il faut que le lecteur puisse se laisser convaincre par l’illusion que ce monde existe.

Il faut que les personnages qui évoluent dans ce monde imaginaire aient des réactions normales, cohérentes pour ce monde tel que nous l’avons décrit. Ainsi le lecteur pourra se dire “dans le cadre de ma lecture, j’y crois.”

2) S’assurer de la cohérence de son monde

La vraisemblance du monde que l’on crée est intimement lié à la cohérence que l’on va mettre en place. Il faut que vous appliquiez les règles que vous avez décrites pour votre monde. Il ne faut jamais que le lecteur se demande s’il est normal qu’un personnage puisse faire telle ou telle chose.

3) Ne pas perdre le lecteur dans le vocabulaire inventé

Attention à ne pas surmultiplier les mots inventés, surtout au début du livre. Cela aurait pour effet d’apporter une grande confusion au lecteur et de rompre l’immersion dans l’histoire. Le lecteur de ne devrait pas avoir à lire votre histoire avec un glossaire à portée de main. Les mots inventés devraient être juste assez nombreux et employés de telle façon à ce qu’ils s’en souviennent et repèrent de suite à quoi ils font référence.

Le test ultime quand on invente des mots, c’est de les prononcer à voix haute. Il faut que votre lecteur soit en capacité de les prononcer à haute voix avec une grande facilité. Sinon, il les repérera peut-être dans le texte mais vous perdez l’opportunité que ces mots passent à la postérité.

4) Ne pas multiplier les descriptions

En créant un univers de toute pièce, il devient nécessaire de le décrire au lecteur de telle façon à ce qu’il puisse s’y immerger et en comprendre tous les rouages qui diffèrent de notre monde. Vient alors la nécessité d’être subtil et pointu : trop de description, tue la description. Dans une société formatée à la consommation des images et à une cadence soutenue d’action, nous ne pouvons vous conseiller que d’être attentif à ne pas tomber dans l’exposition de votre monde sur un voire des chapitres entiers.

Cela ne veut absolument pas dire que les descriptions sont à bannir ! Il importe juste qu’elles concises, dynamiques et pertinentes là où elles sont placées.

Une astuce pour donner au lecteur la profusion de détails qui lui est nécessaire pour bien comprendre le nouveau monde dans lequel il évolue : alterner paragraphes de description et informations données dans les dialogues.

5) Ne pas rater son incipit

Ce dernier conseil découle du précédent. Attention à ne pas ouvrir votre livre par la description de votre monde, à moins de le faire d’une manière qui va vraiment piquer la curiosité du lecteur.

N’oubliez pas que l’incipit, le début de votre roman, a un rôle précis et primordial : il doit donner envie au lecteur de s’engager dans la lecture.

Aussi, ne décrivez pas votre monde sur le premier chapitre, n’en faites pas non plus l’historique. Ce n’est pas parce que votre roman se situe dans un univers imaginaire que vous pouvez faire l’impasse sur le côté accrocheur de votre début.

Réécoutez l’épisode 45 du podcast : Comment réussir le début de son roman (l’incipit) ?

Les grands points de la conversation :

– Ce qui caractérise la fantasy
– Comment rendre son univers vraisemblable
– Le roman reste-t-il cohérent ?
– Se faire violence sur les descriptions
– Pourquoi l’incipit est encore plus délicat en fantasy

Écoutez l’épisode :

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment