Écoute l’épisode :

bien terminer son roman

Comment réussir la fin de son roman ?

Pour répondre à cette question, demandons-nous quel est le rôle de la fin d’une histoire, quelque soit le genre romanesque.

  • La fin de l’histoire va fermer les portes des intrigues ouvertes pendant le roman.
  • Elle va achever le voyage commencé au début du livre.

On pourrait penser que la fin n’est pas un moment clé et que si elle est ratée, le lecteur n’en restera pas moins satisfait de sa lecture.

C’est rarement le cas. N’oublie pas que c’est la dernière impression qui compte. C’est elle qui détermine ce que le lecteur va garder en mémoire de ton livre. La fin est cette dernière impression. C’est cette ultime émotion qui lui fait décider s’il a apprécié son expérience de lecture en globalité. Elle colore son jugement.

Réussir la fin de ton roman est donc crucial. Il ne faut pas la bâcler, et il ne faut pas la négliger.

Voyons trois éléments qui assurent une fin de qualité à ton roman.

1. La fin doit être cohérente avec le reste de la narration

Il n’est pas rare de vouloir surprendre le lecteur avec sa fin. Plutôt que de faire totalement retomber la tension narrative, de vouloir le laisser sur une note haute, sur des sensations fortes qui lui font penser à ton livre pour de longues semaines encore après l’avoir lu.

Mais attention à ne pas confondre surprise et incohérence.

Pour réussir la fin de ton roman, tu dois la rattacher au reste de ton histoire.

Il faut que ta fin soit plausible, donc qu’elle fasse partie intégrante de ta narration. Les pièces du puzzle que le lecteur n’avaient pas réussi à assembler jusque-là s’emboîtent, et les révélations sont logiques par rapport à ton histoire.

Tu n’arnaques pas le lecteur, tu lui montres à quel point tu as bien conçu ton histoire.

2. La fin doit fermer les portes que l’auteur a ouvertes

La fin est l’aboutissement d’un cheminement pour tes personnages. Tu leur as fait subir un certain nombre d’épreuves, tu les as mis face à des opportunités… La fin est le moment où les révélations permettent au lecteur d’avoir le panorama complet du voyage des tes personnages.

Il est entendu que tu peux vouloir laisser certaines intrigues inachevées. Peut-être veux-tu sciemment laisser la conclusion de quelque chose à l’appréciation de ton lecteur. Peut-être veux-tu créer de la frustration par rapport à des révélations qui ne viennent jamais.

Attention, tu dois t’assurer de deux choses pour réussir la fin de ton histoire malgré tout.

  • Tu dois rendre le lecteur complice de ce choix narratif. En d’autres termes, il ne faut pas que le lecteur ait l’impression d’être tombé dans un « trou narratif » (le fameux plot hole) et que tu as juste oublié une partie de ton histoire ! Il ne faut jamais qu’il ait l’impression que tu as juste mal corrigé ton roman.
  • Tu dois éviter de faire des fins incertaines sur ton intrigue principale. Tu peux le faire sur tes intrigues secondaires, mais le lecteur veut une résolution pour l’intrigue principale. Sinon tu le laisses avec l’impression que le roman est inachevé. N’oublie pas que s’il est facile d’ouvrir des portes, tout le travail de l’écrivain consiste à les refermer avec savoir-faire : à développer une intrigue jusqu’à sa conclusion.

3. La fin doit être pensée lors du travail préparatoire

Si tu veux implémenter le conseil numéro 1 et faire en sorte que ta fin soit la conclusion logique de toute ton histoire, tu ne peux pas décider de la fin une fois que tu arrives à cette partie du récit.

Les fins les plus réussies sont celles qui concluent avec brio une histoire. Elles ne donnent pas l’impression qu’elles sont interchangeables avec d’autres fins qui auraient tout aussi bien terminé la narration.

Pour arriver à cet effet, je t’encourage à réfléchir à la fin de ton histoire dès la phase du travail préparatoire. Au moment où tu réfléchis à ton intrigue, force-toi à définir une fin.

Pas de panique ! Tu pourras changer d’avis 20 fois après coup !

Mais le fait d’avoir ce cap, cette idée de fin en tête, va te permettre de rendre tout le récit cohérent par rapport à elle. Et à chaque fois que tu changeras d’idée, tu sauras quoi faire évoluer dans ton récit pour garder cette cohérence.

Les grands points de la conversation :

– Il faut éviter le deus ex-machina, encore plus à la fin du récit
– Une bonne fin peut être heureuse, malheureuse, ce n’est pas la tonalité qui compte
– Réussir sa fin implique presque toujours de l’imaginer dès le début de l’histoire
– Il est toujours possible de ne pas tout révéler à son lecteur et de laisser quelques portes ouvertes

Écoute l’épisode :

La fiche perso ultime

Votre bonus :

Téléchargez gratuitement notre fiche de personnage : La Fiche de personnage
En format Doc ou Odt, elle est la fiche la plus complète pour construire un personnage mémorable.

Cet épisode vous a plu ?

Ne manquez pas le prochain épisode en vous abonnant à notre podcast sur votre plateforme préférée !
Laissez-nous un commentaire sur Itunes pour nous faire part de votre expérience et pour nous aider à faire connaître notre émission !

Apple podcasts
Spotify
Deezer
Castbox

Write A Comment

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Copy link
Powered by Social Snap