fbpx

Masterclass du 24 septembre 2020 : 5 clés pour que ton roman soit publié

Toutes les réponses
à tes questions de la Masterclass !

La vidéo du Replay

RejoinS la formation Devenir écrivain qui débute le 5 octobre !

J’ai eu la chance de participer à la dernière promo de la formation et ça a été une expérience incroyable. Ça m’a donné le courage et les clefs pour commencer, mais surtout terminer mon manuscrit. Aujourd’hui j’ai envoyé mon manuscrit à plusieurs maisons d'édition et en attendant leur réponse j’ai commencé à écrire mon deuxième roman. Si vous avez la chance de pouvoir faire cette formation, n’hésitez pas, c’est une communauté incroyable, autant entre les formateurs qu’avec les autres élèves.
C’est une expérience indescriptible

sandy

Promo printemps 2020

Vos questions

1. Les questions relatives à l'écriture

CHOISIR LA BONNE HISTOIRE

[Clélia] J'ai plusieurs projets d'écriture, dont je fais la construction ou je note simplement les idées. Comment je choisis la meilleure piste, la meilleure idée à mettre en priorité ?

Réponse : Il faut que tu choisisses celle qui te possède, qui t’obsède, l’histoire qui t’empêche de dormir et vers laquelle tu reviens systématiquement. Sache qu’il m'est souvent arrivé de démarrer une histoire et de me rendre compte au bout de 10 à 20 000 mots que finalement, elle ne me plaisait pas tant que ça et donc changer d’histoire. L’essentiel est d’en choisir une et de te lancer. Au final, c'est en te lançant que tu auras la réponse.

[Romane] Est-ce que c'est problématique d'être sur l'écriture de deux romans en même temps (avec une inspiration qui vient un coup pour l'un puis pour l'autre) ou vaut-il mieux se concentrer sur un seul ?

Réponse : Je vais te donner une réponse qui est la synthèse des pratiques de plusieurs auteurs que je connais. Mais en la matière, il n’y a aucune vérité absolue. Il y a surtout ta pratique personnelle. En général, les auteurs préfèrent ne pas s’éparpiller et se concentrer sur l’écriture d’un roman à la fois. Ce qu’ils peuvent faire en revanche, c’est travailler deux romans à des stades différents. Par exemple, écrire un manuscrit et commencer le travail préparatoire du plan d’un autre. Si travailler en parallèle deux histoires te convient, fonce. Néanmoins, je ne le conseille pas à des auteurs débutants. Inutile de se rajouter de la difficulté et de risquer de ne finir ni l'un, ni l'autre.

LE NOM DE PLUME

[Marie France, Damien] Pourquoi avoir choisi d’écrire sous un autre nom? Pourquoi utiliser un pseudo ?

Réponse : Il peut y avoir diverses raisons qui font qu’un auteur ne souhaite pas que son nom civil soit associé à son activité d’artiste. Par exemple, il peut vouloir garder l'anonymat par rapport à son travail salarié ou vis-à-vis de sa famille.  En effet, les métiers artistiques impliquent une exposition qui peut ne pas impacter que l’auteur lui-même. Cela relève donc du choix de chacun.

[Marie] Pourquoi publier sous plusieurs noms d'auteur ?

Réponse : Pour la question des multiples pseudos, ce qui est mon cas, c’est souvent lorsqu’on écrit dans des genres très différents dont les lectorats se mélangent rarement. Par exemple, thriller vs. fantastique vs. feel good. Avoir plusieurs pseudos permet de ne pas perdre les lecteurs, les éditeurs et les libraires (tout en n’en faisant pas un secret bien entendu puisque tout se sait).

[Chelsey] Est-ce que tes plus fervents lecteurs/lectrices connaissent tes deux pseudonymes (Oren Miller et Lucie Castel) et te suivent d'un genre à un autre ?

Réponse : Mes réseaux sociaux ont longtemps été aux deux noms, donc tous mes lecteurs qui me suivent depuis un moment connaissent ma double identité. Comme j’ai une plume assez connotée, j’ai pas mal de lecteurs qui apprécient ma façon de gérer les punch lines et qui se mettent à me lire dans tous les genres. Mais j’ai aussi des lecteurs très allergiques à ce qui n’est pas leur genre de prédilection. 

[Marie Camu] Comment faire pour publier sous un pseudonyme ?

Réponse : Les éditeurs prennent acte du pseudo que l’auteur a choisi. Il suffit de l’indiquer dans le contrat.

[Anne Laure] Peut-on publier des romans et des recueils de poèmes sous le même nom d'auteur ?

Réponse : Il est souvent recommandé quand on écrit dans des genres très différents de choisir des pseudos différents pour ne pas brouiller les messages envers les lectorats. Après, il faut étudier la chose au cas par cas. Si tu ne publies que dans un seul genre romanesque, si tu publies occasionnellement des romans ou de la poésie, il peut se justifier que tu gardes le même nom.

LA QUESTION DU STYLE

[Eloïse] Parfois, je lis et je trouve la formulation peu habituelle, et j'aurais plutôt mis une formulation plus classique. Faut-il surprendre dans sa formulation, sa syntaxe, parce que c'est plus original ? J'ai tendance à penser que plus c'est fluide, plus c'est agréable à lire, mais du coup, tout le monde, en lisant le début de la phrase, sait comment elle va se finir d’un point de vue syntaxique.

Réponse : Le lecteur n’est ni un analyste éditorial ni un critique littéraire. Ce qu’il vient chercher dans un roman, ce sont des émotions. Il veut rire, pleurer, frémir, frissonner, etc. Pour pouvoir obtenir ces émotions, il faut que la lecture lui soit facile. Il faut qu’il puisse oublier la technique de l’auteur pour s’immerger totalement dans l’histoire. Il vaut donc mieux privilégier avant tout la fluidité de lecture plutôt que de rechercher systématiquement la prouesse sémantique. Ça ne veut pas dire que tu ne dois pas te faire plaisir et rechercher la meilleure des formulations. Mais tu dois toujours te demander si cet exercice n'alourdit pas le texte et sert bien l’intrigue et l’évolution des personnages.

[Salomé] Lucie dit souvent sur le podcast que pour le style, il faut écrire pour le public et pas pour soi. Est-ce qu'il est vraiment totalement déconseillé d'écrire dans un style un peu ancien, un peu descriptif si c'est ce qu'on aime lire, même si ça n'est plus à la mode dans l'édition ?

Réponse : A partir du moment où tu envisages de donner ton manuscrit à un éditeur, puis à des lecteurs, l’écriture n’est plus seulement un acte solitaire tourné exclusivement vers ses goûts personnels mais elle devient un acte de générosité tourné vers un autre. Il faut donc faire l’équilibre entre ce que tu aimes écrire et ce qui est utile au lecteur et qui va permettre de lui provoquer des émotions (ce qu’il vient chercher à la lecture d’un livre). Donc en résumé, fais-toi plaisir mais demande-toi aussi si ce que tu écris te fait essentiellement plaisir à toi et/ou si c’est utile à l’intrigue et à la compréhension du lecteur. Concernant le style, clairement la tendance est à la fluidité, à la précision et au minimalisme : fluide, efficace et droit au but. Les longues descriptions et effets de style alourdissent souvent la narration.

LA SIMILITUDE AVEC D'AUTRES OEUVRES 

[Zahra] Mes bêta-lecteurs m'ont fait remarqué que mon manuscrit leur rappelait beaucoup tel ou tel roman et film connus. Ce genre de similitudes peut poser problème pour proposer mon manuscrit à un éditeur ?

Réponse : Pas du tout ! Les bêta-lecteurs vont souvent raccrocher l’histoire qu’ils lisent à un genre ou un thème ou une histoire qu’ils ont déjà lu/vu. C’est une mécanique humaine que de raisonner par association. De plus, ce n’est pas du tout un handicap pour un éditeur puisque l’argument de comparaison entre ton histoire et une autre (hors plagiat, évidemment) peut devenir un argument marketing pour attirer les lecteurs qui ont aimé l’histoire à laquelle ton roman fait penser.

QUAND LE MANUSCRIT EST-IL FINI ?

[Karell] À quel moment de la réécriture peux-tu décider que c'est bon, le manuscrit est fini, je peux le soumettre ?

Réponse : Le problème des auteurs est que nous sommes très mauvais juges de notre travail. Nous ne sommes souvent jamais satisfaits de ce que nous écrivons. Le risque est donc de ne jamais trouver que le manuscrit est achevé. Pour remédier à cette tendance naturelle, je vais te donner une moyenne de temps au-delà de laquelle on considère qu’il est contreproductif de continuer à corriger le manuscrit. Quand tu as terminé ton premier jet, laisse-le poser 3 semaines minimum (pour déshabituer ton cerveau à la lecture de ton texte). Puis consacre un mois et demi à deux mois maximum à la correction. C’est amplement suffisant pour faire toutes les corrections possibles.

LE POIDS DE LA SYNTAXE

[Emanuelle] Un récit super structuré peut-il vraiment compenser un style quelconque voire mauvais (dire que la syntaxe et l'orthographe ne sont pas primordiales quand on écrit me laisse perplexe) ?

Réponse : Il ne faut pas confondre la plume et la syntaxe et l’orthographe. Si évidemment un manuscrit doit être au moins lisible (c’est-à-dire sans fautes à toutes les phrases, ce qui serait rédhibitoire pour une publication), l’essentiel qui fait l’originalité et la puissance d’un roman reste l’intention littéraire et la plume de l’auteur. Le fond est plus important que la forme, même si, je le répète, il faut connaître les règles de base de la syntaxe et de l’orthographe. Normalement ton texte subit un première correction de ces éléments de base par des bêta-lecteurs donc tu ne présentes jamais un manuscrit truffé de fautes à un éditeur.

Ne manque pas cette opportunité de réaliser ton rêve. 



Nanowrimo : National Novel Writing month

[Karell] Qu'est-ce que vous pensez du Nanowrimo ?

Réponse : C’est un super boost de motivation ! Cependant, ce qui fait qu’on devient écrivain c’est la régularité d’écriture tout au long de l’année. A mon sens, il vaut mieux écrire raisonnablement tout au long de l’année plutôt qu’intensément sur une courte durée. Ça a tendance à mettre trop l’inspiration sous pression.

LE GENRE LITtéraire DE TON HISTOIRE

[Marine] Comment connaître les grandes lignes des genres littéraires ? Vous avez par exemple parlé, pour le polar, d'une obligation qu'il y ait un meurtre, un enquêteur... Y a-t-il d'autres codes pour le polar ? Et pour les autres genres littéraires ?

Réponse : Tout à fait ! Les codes des grands genres littéraires sont assez riches. Par exemple, en matière de polar, selon qu’il s’agit d’un whodunnit ou d’un thriller, la figure enquêtrice et le mystère seront différents, tout comme la gestion du rythme de la narration. C’est la raison pour laquelle LICARES propose des leçons pour chaque grand genre. Nous décortiquons les codes de chaque grand genre littéraire dans notre formation Devenir écrivain : Projet best-seller. Au défaut de formation, je t’encourage à lire les classiques dans lequel tu veux écrire afin de repérer le schéma récurrent de ces histoires.

[Isabelle] Comment fait-on pour définir sa ligne éditoriale quand on a l’impression de ne pas rentrer dans « les cases » ?

Réponse : Il faut que tu te concentres sur le message principal de ton livre, ton intention littéraire. C’est elle qui va te dire si tu écris une histoire de vengeance, d’amour, un parcours initiatique, une aventure épique, etc. Même si tu mélanges les thèmes, il y en a toujours un qui justifie l’écriture du livre et qui est plus important que les autres.

PUBLICS SPécialisés : jeunesse et Young Adult

[Marysa] Y a-t-il des particularités à savoir sur les techniques de littérature pour la jeunesse ou est-ce exactement la même chose que pour les autres types ?

Réponse : La littérature jeunesse s’adressant à un public plus influençable et impressionnable qu’un public adulte, il y a des règles un peu particulières à respecter. Exemple : le choix des mots (plus simple), des tournures de phrases, etc. Mais aussi sur la question des personnages. Certains archétypes sont récurrents dans ce genre qui a pas mal évolué en parallèle de l'évolution des mœurs et de l'éducation dans notre société. La tendance du moment est plutôt au héros faillible avec des défauts, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années.

[Damien] Comment catégoriser le contenu du livre?  Moi j'écris un livre ou il y a des scènes de sexe et du sang donc doit-on mettre une limite d'âge pour le lire ?

Réponse : En général, les éditeurs qui ne font pas de la jeunesse et du young adult préviennent qu’il s’agit d’une littérature adulte. Il n’y a donc pas de risque pour toi à mettre des scènes de sexe ou des scènes violentes dans un roman publié dans une collection adulte (non jeunesse et non young adult).

[Quentin] J'écris une dystopie jeunesse (young adult), à quel genre la rattacher ? SF ou jeunesse ?

Réponse : Je te conseille de cibler les éditeurs young adult (attention, ce n’est pas de la littérature jeunesse) et de vérifier si dans leurs collections ils font du fantastique.

La littérature de genre

[Anne-Laure] A quel genre rattacher une histoire de vengeance reposant sur un drame familial (avec une histoire d'amour en fond) ?

Réponse : Tout dépend du dosage de tous ces éléments dans ton livre. Tu dois te demander quel est le thème principal de ton livre. Si c’est l’histoire d’amour ou la vengeance ou le récit de vie, pour ensuite déterminer le genre dans lequel tu écris.

[Clem] Mon roman est une romance et également une enquête. Majoritairement, c'est de la romance. Ça ne consiste pas en un cassage de code?

Réponse : Pas du tout ! Puisque le genre que tu décris existe. Il s’agit du romantic suspense qui marche très bien en ce moment !

Et la littérature généraliste dite blanche ? 

[Marine] Qu'est-ce que "de la blanche" comme style ?
[Harmony] Toute littérature n'est pas littérature de genre. Que faites-vous de cette énorme production littéraire, notamment en France ? J'ai du mal à voir quels seraient les critères de la littérature généraliste, si ce n'est qu'elle ne correspond pas à une littérature de genre codifiée. Pouvez-vous m'éclairer sur ce point ?

Réponse : La littérature blanche définit ses contours par opposition à la littérature de genre. En gros, tout ce qui n’est pas littérature de genre bascule dans la littérature généraliste. Ce qui fait qu’on se retrouve avec une littérature de non genre aux contours par définition imprécis. D’autant plus qu’avec la surmultiplication des genres, même les romans qui au départ appartenaient à la littérature généraliste pourraient par certaines caractéristiques se raccrocher à un genre. Par exemple, un récit de vie peut vite basculer dans la littérature dite féminine si ce récit de vie porte sur un parcours et des problématiques de femme. De plus, les éditeurs de littérature générale ont parfois tendance à marketer l’histoire selon les codes d’un genre pour cibler plus facilement un lectorat. L’inverse étant vrai aussi. Prenons par exemple Mussot : certains de ses textes sont clairement genrés mais son éditeur le place en littérature générale car le lectorat est le plus large.

[Harmony] J'aurais aimé savoir la distinction que vous feriez entre un roman historique (genre défini, publié dans des collections dédiées) et un roman de littérature blanche qui se passe à une époque historique non-contemporaine.

Réponse : Un roman qui se déroule à une période antérieure à la seconde guerre mondiale avec une narration ancrée dans le monde réel (contexte politique, personnages historiques…) et des personnages et une histoire fictive est un roman historique. J’ai du mal à voir quel serait le genre de récit qui prendrait place dans un contexte historique réel et qui ne serait pas un roman historique. Après, c'est l'éditeur qui prend la décision final de mettre un roman dans une collection ou une autre. Donc le dernier mot est un dernier mot marketing et stratégique.


Crée ton réseau d'auteurs et de professionnels.

2. Les questions relatives à l'édition

Comment trouver un éditeur

[Valérie] Est ce qu'il y a une liste des éditeurs par genre ?
[Aliénor] Comment faire pour trouver des éditeurs français quand on habite à l'étranger? J'écris principalement en français.

Réponse : Il existe plusieurs sites web qui référencent les éditeurs par genre de manière plus ou moins exhaustive. Tu peux les retrouver par une simple recherche Google. Voici un exemple de site.
La grande majorité des éditeurs préfèrent les soumissions de manuscrit par email, il n’y a aucun problème si l’on n’est pas de nationalité française tant que l'on écrit en français.

[Sandrine] Comment publier à l'étranger (j'écris principalement en anglais) ?

Réponse : Pour publier directement en anglais chez un éditeur dans un pays anglo-saxon, nous te recommandons fortement de passer par un intermédiaire, par exemple un agent littéraire du pays. Il est très compliqué pour un étranger de percer autrement. 

|Damien] Où trouver la liste des salons du livre ?

Réponse : Une recherche Internet va te donner des sites qui référencient les salons selon les régions !

Quels éditeurs solliciter

[Emanuelle] Faut-il favoriser les "petites" maisons d'édition ?
[Maëva] Faut-il toujours cibler les "gros" éditeurs ?

Réponse : Tout est une question de qualité de la relation que tu as avec l’éditeur. Signer avec une grosse maison d’édition ne garantit pas une bonne mise en avant, donc de bonnes ventes. Tout comme signer avec une petite maison d’édition ne signifie pas une sortie forcément confidentielle. Ce qui doit te faire signer, c’est l’engouement et le soutien de l’éditeur concernant ton manuscrit. C'est qu'il va mettre en place pour te promouvoir qui compte.

[Amandine] Viser une grosse maison d'édition (Bragelonne par exemple), c'est mort ou il y a une chance malgré tout ?

Réponse : Il y a toujours une chance ! Même les grandes maisons d’édition peuvent signer des nouveaux contrats si elles pensent qu’elles peuvent vendre ton histoire. Je te conseille cependant de ne pas t’arrêter à une seule maison d’édition mais de soumettre ton manuscrit à plusieurs.

[Maher] Les petites maisons d'édition spécialisées en science-fiction en France sont-elles efficaces pour se faire éditer ?

Réponse : Oui tout à fait ! Les maisons d’édition spécialisées savent très bien vendre à leur public. Le problème de la science-fiction si problème il y a, c’est que ça reste une littérature de niche, donc bien plus confidentielle qu’un genre littéraire plus populaire. Mais écrire dans une niche peut aussi permettre d’atteindre plus vite un lectorat fidèle.

[Emmanuelle] Pour la fantasy ciblée young adult, faut-il privilégier les maisons d'édition ciblées YA ou les maisons d'édition spécialisées SFFF ?

Réponse : Si c’est young adult, c’est généralement le genre fort. Il vaut mieux cibler d’abord les maisons d’édition qui font du young adult. Vérifie leurs collections, elles proposent généralement de la fantasy.

[Alessia] Quels éditeurs cibler? Mon roman (urban fantasy) s’adresse à un lectorat entre 16 et 30 d’après les retours de mes bêta-lecteurs. Mais mes protagonistes sont adultes. Dois-je cibler des ME jeunesse ou uniquement adulte? Le young adult est censé avoir des protagonistes adolescents ou étudiants il semblerait.

Réponse : Dans le young adult, les héros sont forcément au lycée ou jeunes adultes qui ne sont pas encore dans la vie professionnelle. Si tes protagonistes sont des adultes, tu dois présenter ton roman à des maisons d’édition qui font de l’adulte.

[Amandine] J'écris un roman de fantasy dystopique orienté young adult (voire adulte). Dois-je m'orienter plutôt vers un éditeur spécialisé en fantasy ou en dystopie ?

Réponse : Si c'est du young adult, tape à la porte des éditeurs de young adult. Si c'est de la littérature adulte, les éditeurs qui publient de la fantasy publient des dystopies ! Ce seront donc les mêmes maisons d’édition.

[Sandrine] Y a-t-il des maisons d'édition spécialisées pour les recueils de nouvelles ? Ou bien faut-il viser en fonction du genre comme pour les romans ?

Réponse : Il te faut viser les maisons d’édition qui font de la nouvelle, car il y en a peu. Si tu as plusieurs nouvelles dans le même genre, tu peux tenter de proposer à l’éditeur un projet de recueil. Ce ne sont pas des projets très courants.

Sois accompagné pour gagner du temps et ne pas lâcher. 



COMMENT CONTACTER LES éditeurs

[Sonia] J’aimerais bien en savoir plus sur les speed dating en salon entre auteurs et éditeurs ? Comment ça se passe et comment faire pour y participer ?

Réponse : Toutes les informations sont sur les sites des différents salons du livre qui les proposent. Tu peux t’inscrire en ligne pour la plupart. Tu dois y aller préparer, tu dois pouvoir pitcher ton roman à l'éditeur de manière concise et percutante. C'est aussi pour ça que nous t'apprenons à faire ta phrase d'intention littéraire dans la formation Devenir écrivain : Projet best-seller. Elle te sert à accrocher l'attention de l'éditeur en une phrase. Si tu publies de la littérature de l’imaginaire, le salon des Imaginales, à Epinal, procède de cette façon.

[Laetitia] Quelle est la durée moyenne pour qu'un éditeur réponde ?

Réponse : Plusieurs mois. Attention s’il répond trop vite, c’est un signal d’alarme potentiel sur le manque de sérieux de cet éditeur. Il ne devrait pas être en mesure de te répondre si vite s’il était très sollicité.

[Stéphanie] Pouvez-vous détailler ce que vous appelez "dossier de soumission" ? Sur les sites internet des éditeurs, il est souvent mentionné d'envoyer un manuscrit + lettre de présentation, c'est tout.

Réponse : Le dossier de soumission se compose d’une lettre d’intention (les arguments de vente), le synopsis (une synthèse des enjeux de ton livre) et du manuscrit. Je te recommande de bien envoyer ces pièces-là, même si l’éditeur ne les mentionne pas. Crois-moi, elles feront la différence !

[Marine] Quelle est la différence entre la lettre d'intention et le dossier de soumission ?

Réponse : La lettre d’intention est une pièce du dossier de soumission.

[Zahra] J'ai pas très bien compris, la lettre d'intention doit tenir sur une phrase ?

Réponse : Non, tu confonds phrase d’intention littéraire et lettre d’intention. La lettre d’intention permet d’expliquer à l’éditeur en quoi ton livre correspond à sa ligne éditoriale et pourquoi il lui serait facile de vendre ton livre à son lectorat. Pour y parvenir, dans cette lettre, tu vas expliquer à quel univers ton histoire fait référence (exemple du « si vous avez aimé tel livre, vous aimerez le mien »), dans quel genre elle se situe et tu vas résumer en un gros paragraphe les principaux enjeux de ton livre afin que l’éditeur comprenne rapidement quel est le vrai message et le thème fort que tu vas aborder (une histoire de résilience, une histoire de vengeance de couple, une histoire sur le harcèlement moral, etc.). 

[Emmanuelle] Signer sur un simple pitch ou un dossier de soumission bien ficelé ? Et si après l'éditeur réalise qu'on a un style pourri ? J'ai du mal à croire qu'un éditeur puisse signer quelqu’un sans l'avoir lu !

Réponse : Et pourtant ! Il faut que tu comprennes que les maisons d’édition sont submergées par les manuscrits. Elles doivent donc opérer un premier tri. C’est la raison pour laquelle elles se servent du dossier de soumission (et du synopsis qui en fait partie). Si ce dossier les séduit, les éditeurs te feront une première proposition qui leur donnera le temps de faire lire les premières pages par un comité de lecture. A l’heure actuelle, aucun éditeur n’a lu la totalité des manuscrits qu’il a signés. Il a pour cela des directeurs de collection qui dans un premier temps survolent ton manuscrit. C’est la dure réalité d’un marché qui est saturé. En outre, en tant que professionnel, il sait que si tu réussis un synopsis, a priori, tu sais gérer un manuscrit.

[Emmanuelle] Comment gérer les intrigues secondaires dans la rédaction du synopsis ?

Réponse : Le synopsis est fait pour résumer le contexte de départ de ton roman, les 3 ou 4 grands pivots de ta narration et le contexte d’arrivée. Le tout en 2 pages maximum. L’éditeur n’a pas besoin à ce stade de rentrer dans les détails des intrigues qui par définition sont secondaires. Pour cela, il a ton manuscrit. Ce qui fait la force et la richesse de ton roman, c’est ton intention littéraire et tes grands pivots. Pas les intrigues secondaires (même si elles vont joliment agrémenter et soutenir ton intrigue principale).

Séries et dossier de soumission

[Amandine] Quand on écrit une histoire sur plusieurs tomes, faut-il dans le synopsis raconter toute l'histoire dans sa globalité ? Ou seulement le synopsis du tome 1 ?
[Alessia] Si on écrit une duologie, vaut-il mieux soumettre un synopsis sur l’histoire en entier ou uniquement le premier tome ? (Sachant que le tome 2 est déjà scénarisé.)

Réponse : Au moment de présenter ton manuscrit du tome 1, dans ta lettre d’intention (présentation générale de ton œuvre), tu vas résumer toute l’histoire tous tomes confondus. Mais tu ne feras le synopsis que du tome 1 !

[Cindra] J'écris un roman en 3 tomes et j'ai fait le plan détaillé du premier, j'ai commencé à l'écrire. Faut-il avoir fini les 3 tomes avant d'envoyer son manuscrit à une maison d'édition ou puis-je envoyer et publier le tome 1 et écrire les autres par la suite ?

Réponse : Tu n’as absolument pas besoin d’avoir écrit toute ta série pour faire publier le premier tome. Au contraire, mieux vaut ne pas attendre avant de soumettre ton manuscrit ! Par contre, quand tu enverras ton dossier de soumission, tu devras pouvoir résumer l’histoire de tous tes tomes (donc pas les détails) à l’éditeur.

Un auteur qui réussit est un auteur qui n'abandonne pas.



De l'auto-édition à l'édition traditionnelle

[Romane] Si on met ses histoire en ligne (sur des plateformes prévues pour), est-ce que ça peut être intéressant de mettre un lien vers notre profil/histoires pour l'éditeur lors de l'envoi du manuscrit ?

Réponse : Ce n’est pas utile. Il faudrait que tu aies une communauté très conséquente pour que cela l’intéresse. Par contre il faut bien lui indiquer si le manuscrit que tu lui envoies a déjà fait l’objet d’une mise en ligne (auto-édition ou publication sur des plateformes gratuites).

[Isabelle] J’ai un roman que j’ai auto-édité (mais qui ne le sera plus après novembre), est-ce que ça peut être un obstacle pour une maison d’édition ?

Réponse : Pour être honnête, lorsqu’un éditeur achète tes droits, il préfère avoir un inédit. Même si ton livre a eu une courte durée de vie, il a déjà été publié. Je te conseille pour un premier manuscrit que tu vas soumettre à un éditeur, de partir sur un inédit, quitte ensuite à lui reproposer le premier manuscrit. Ce que tu peux aussi faire, c’est bien retravailler le roman déjà auto-édité et le présenter à l’éditeur de cette façon, à savoir : que le roman a certes déjà été publié, mais que tu l’as entièrement remanié.

[Harmony] Est-il dangereux de laisser son texte en ligne sur un site d'écriture en même temps que la soumission de son manuscrit à des éditeurs ?

Réponse : Tu peux laisser ton livre en ligne jusqu’à ce que tu ais une réponse d’un éditeur. Que tu le retires ou non, pour l’éditeur il aura déjà été publié. Il te faut donc simplement le prévenir car il voudra savoir qu’il signe un manuscrit qui a déjà eu une vie éditoriale – même sur un site gratuit.

RECONTACTER LES éditeurs

[Damien] Doit-on envoyer notre manuscrit à plusieurs maison d'édition ou attendre une par une leur réponse ?

Réponse : Je te recommande vivement d’envoyer ton manuscrit à plusieurs maisons d’édition, ce qui dans le meilleur des cas te permettra de faire jouer la concurrence.

[Clara] Si l'on reçoit une réponse positive de la part d'une maison d'édition, mais que l'on attend la réponse d'une autre ME qui nous intéresse davantage, peut-on relancer cette dernière ? Car j'ai beau avoir fait une liste de ME dans lesquelles j'aimerais vraiment être publiée, il y a quand même certaines que je vise plus que d'autres.

Réponse : Oui tout à fait ! Tu peux même leur dire que la raison pour laquelle tu les relances, c’est parce que tu as une réponse positive d’une autre maison d’édition, mais que toi tu tiens vraiment à signer avec eux.

[Amanda] Si on a déjà envoyé son manuscrit à des éditeurs il y a des années, mais en se rendant compte entre temps qu'il n'était absolument pas mature, est-il possible de leur renvoyer complètement retravaillé ?

Réponse : Oui ! Tout à fait, d’autant que si c’était il y a des années, il est probable que l’équipe éditoriale ait changé.

[Marie] Si on a déjà envoyé des dossiers de soumission et essuyé quelques refus, y a-t-il possibilité dans l'avenir de refaire ce dossier de soumission, modifier quelque peu le manuscrit et renvoyer aux mêmes éditeurs, ou ils vireront le dossier direct en voyant qu'ils en ont déjà pris connaissance auparavant ?

Réponse : Dans ce cas, je te recommande de jouer carte sur table avec les éditeurs et de leur dire que tu leur représentes le manuscrit parce que tu l’as retravaillé, avec un nouvel argumentaire de soumission !

LA RELATION AVEC LES éditeurs

[Emilie] Comment être sûr de tomber sur une maison d'édition fiable et pro ?

Réponse : Plusieurs choses : d’abord, tu peux demander si quelques auteurs connaissent cette maison d’édition sur des forums et groupes d’auteurs. Mais plus efficacement, tu t’en rendras compte lorsque tu vas parler avec cet éditeur. Si celui-ci te fait trop de promesses, te parle de best-seller, d’édition poche, de droits étrangers tout de suite, il faut que tu t’en méfies. En réalité un éditeur ne sait rien de tout ça tant que le livre ne s’est pas bien vendu. Ensuite, si l’éditeur rechigne à répondre à tes questions et à t’expliquer ton contrat. Enfin, il faut que tu sois vigilante sur les clauses du contrat qu’il te propose.

[Emilie] Est-ce qu'un "mauvais" éditeur peut se permettre de corriger, voire changer, le style d'écriture ?

Réponse : En aucune façon ! Tout d’abord, un éditeur ne peut absolument pas faire des modifications sans te demander avant et sans obtenir ton accord. En outre, s’il souhaite que tu changes de style, il faut alors se poser la question de la raison pour laquelle il a tenu à te signer toi s’il n’aime pas ton style d’écriture ! Style qui par définition définit ton originalité. Un éditeur rend meilleur un manuscrit, il ne le modifie pas.

[Emmanuelle] Les éditeurs peuvent-ils demander un gros changement dans le récit ? Ou est-ce contradictoire avec la notion d'un manuscrit "fini et pro"?

Réponse : Dans le contexte d’une correction éditoriale, s’il juge qu’il y a un problème sur la structure par exemple, il peut te demander de retravailler des éléments de ton récit. Mais en général, par facilité, un éditeur signe un roman qui est déjà bien structuré. A toi de voir ce qui n’est pas négociable pour toi et ce que tu acceptes de modifier. Il n’y a que toi pour répondre à cette question.

[Sonia] Combien de nouveaux auteurs sont vraiment publiés ?

Réponse : Je n’ai pas les chiffres du nombre de premiers romans publiés. Par contre, je peux te dire qu’en moyenne 100 000 nouveaux romans sont publiés par an. Et 1 manuscrit sur 1000 soumis est publié. D’où la nécessité de mettre toutes les chances de son côté et de se former ;)  Car n’oublie pas que sur le nombre de manuscrits refusés, beaucoup ne sont juste pas encore en état d’être publiés.

Si on te dit non, c'est que tu ne t'es pas adressé à la bonne personne.



les contrats et la négociation

[Christie] Comment négocier son contrat d'édition ?

Réponse : Avec les bons arguments ! Ce qui sous-entend de bien avoir travaillé tes arguments et surtout ce que tu veux exactement obtenir de l’éditeur (nombre de tirages, à-valoir, présence en salon, publicité, etc.). Très clairement, plus tu auras des antécédents de vente, plus tu travailleras avec ton éditeur, et plus ta marge de manœuvre sera grande.

[Christie] Peut-on renégocier un contrat d'édition ?

Réponse : Oui, tout à fait, et je te recommande de le faire à chaque nouvelle publication de roman. A ce moment-là tu peux reprendre les conditions signées dans ton premier contrat (nombre de tirages, à-valoir, droits d’auteur) et voir ce que tu aimerais être amélioré et en discuter avec lui. Sinon l’éditeur risque de te proposer les mêmes conditions que précédemment par défaut.

[Emilie] N'est-ce pas trop difficile de jongler entre plusieurs maisons d'édition (suivant le genre du livre que tu écris) ?

Réponse : Non pas vraiment. A toi de bien gérer ton planning d’écriture !

[Cyril] Le sujet des contrats à négocier me turlupine. Auriez-vous des conseils pour négocier une restitution des droits ? J'ai confié une série à une ME assez importante par la taille, mais ça s'est vite retourné contre moi sur le plan du contrat, étant trop naïf. J'aimerais recouvrer la liberté de ces manuscrits, mais je me sens bloqué. En sachant que la série est encore en cours de parution (mais on signe les contrats au fur et à mesure, donc tout n'est pas cédé).

Réponse : Je vais être parfaitement honnête, sur la restitution des droits, cela repose grandement sur la bonne volonté de ton éditeur étant donné que s’il n’a pas commis de faute qui t’autoriserait à casser le contrat, il est totalement dans son droit de conserver les dispositions du contrat que tu as signé. Donc dans ton cas, l’éditeur continue visiblement d’exploiter tes droits. Il n’a donc aucun intérêt à restituer ces derniers. Peut-être qu’en argument, tu peux avancer que si par exemple la série ne se vend pas beaucoup, vous avez tous les deux intérêt à cesser une collaboration qui n’est pas follement fructueuse. Cependant, l’éditeur, pour des raisons d’image, peut refuser d’interrompre une série en plein milieu. En outre, tu dois te demander ce que tu veux faire de cette série une fois récupérée. Car à part en auto-édition, il est fort peu probable qu’un autre éditeur reprenne la série d’une part parce que ce n’est pas un inédit, d’autre part parce qu’une partie des ventes sur les premiers tomes lui échappe et bénéficie à la concurrence.

Questions diverses

[Sonia] Comment les éditeurs promeuvent les nouveaux auteurs ?

Réponse : Ils ont à leur disposition tout un tas d’outils plus ou moins onéreux pour eux. Notamment : la sponsorisation sur Amazon ou les réseaux sociaux, des opérations de promotion, des interviews, des séances de dédicace, mise en avant des avant-premières... Tout dépend des moyens de cette maison d’édition et de sa volonté de te promouvoir.

[Laetitia] Quelle place pour l'œuvre intermédiale, mixant livre et interaction avec d'autre domaine ?

Réponse : Les maisons d’édition n’en proposent pas forcément pour le roman. Dans le domaine du numérique, certains éditeurs numériques se spécialisent sur des projets de livre augmenté, surtout pour la jeunesse. Enfin, concernant le livre d’artiste, l’auteur devient plasticien et le plus souvent il démarche lui-même les lieux qui seraient susceptibles d’acheter et d’exposer ses œuvres (bibliothèques, musées par exemple).  

[Alcide] Est-ce que ça vaut la peine de se faire représenter par un agent ? Est-ce que LICARES propose un accompagnement dans cette démarche éditoriale ?

Réponse : Je te conseille d’attendre t’avoir publié avant de démarcher un agent littéraire afin d’avoir expérimenté toi-même toutes les étapes du processus, ce qui te permettra de savoir quoi demander exactement à un agent littéraire. Il n’est pas qu’un carnet d’adresses. La relation que l’auteur entretient avec lui relève plus de la collaboration que de la délégation. Il faut donc que tu ais une vision précise de ce que tu veux faire de ta carrière littéraire. Et pour cela, un peu d’expérience est une bonne chance. Dans le cadre de la formation Devenir écrivain : Projet best-seller, tu as accès à l’interview d’un agent littéraire qui t’explique son métier et comment elle travaille avec les auteurs.

Je décide d'adopter une posture professionnelle.

3. Les questions relatives à la formation

A QUI S'ADRESSE CETTE FORMATION ?

[Alice] Est-ce qu'il faut déjà avoir son projet de roman pour suivre la formation ?

Réponse : La formation Devenir écrivain : Projet best-seller s'adresse à toute personne qui a envie de se lancer dans un projet d'écriture. Elle est pertinente pour des personnes qui ont une idée mais ne se sont pas encore lancées dans l'écriture, comme pour des personnes qui ont déjà écrit du texte mais sont prêtes à le retravailler. Nos élèves sont à la fois des purs débutants et des auteurs déjà publiés qui ressentent le besoin de revoir leur méthodologie. 

[Isabelle] Est-ce qu'on peut faire la formation si on a l'idée et l'univers du livre mais qu'on est bloqué dans le développement personnage et histoire ?

Réponse : Mais bien sûr ! La formation est justement là pour te débloquer et te donner les techniques de création de personnages emblématiques et de création d’un plan détaillé de l’intrigue.

[Karo] Est-ce pertinent une telle formation pour un auteur déjà publié en ME ?

Réponse : A toi de voir si tu ressens le besoin de te professionnaliser, que ce soit sur l’écriture ou sur les savoirs administratifs d’un auteur publié. C’est toi qui fixe ton besoin mais nous avons calibré la formation pour qu’elle donne une base solide à toute personne qui se trouve dans un blocage, pour lui permettre d'aller plus loin !

[Harmony]  Si j'ai déjà mon roman et que j'ai simplement besoin de la partie concernant la soumission de roman ? Est-ce que les modules seront disponibles séparément ?

Réponse : Non, nous ne proposons pas les modules de notre formation Devenir écrivain : Projet best-seller séparément. Nous n'en avons pas l'intention à court terme. Notre priorité est d'enrichir encore et toujours plus cette version si complète. Nous avons formé de nombreux auteurs qui avaient déjà leur roman ou qui avaient déjà publié. Ils se sont saisis de l'opportunité de comparer leur méthode à celle que nous proposons et de faire évoluer si nécessaire leur façon de travailler. 

[Erik] Où trouve-t-on les témoignages des anciens élèves ?

Réponse : Sur la page de présentation de la formation ou sur notre page Facebook

LES HORAIRES ET LE VOLUME DE TRAVAIL

[Marie] Combien d'heures de cours et travail perso ?

Réponse : La formation compte plus de 35 heures de cours réparties sur 8 semaines. Elle est ultra complète donc intense. Clairement nous te conseillons de t'y inscrire avec l'idée que tu vas lui consacrer du temps et de l'énergie, même les cours et les replays seront disponibles à vie. Nous estimons le travail personnel à au moins 30 minutes par jour, ou une demi journée par semaine.

[Elysa] A quelle heure sont les lives chaque semaine pendant la formation ?

Réponse : Les lives ont lieu les mardis et jeudis à 20h, heure de Paris. Ils sont disponibles en replay pour tout ceux qui ne peuvent pas assister au direct. Les élèves peuvent évidemment poser toutes leurs questions suite à l'intervention par email.

[Sarah] J'ai un travail prenant (enseignante) aurais-je le temps de suivre / d'écrire pendant la formation ? (même si je mobilise du temps quotidien, mon travail est très très prenant !)

Réponse : Sur le temps de la formation, les élèves sont invités à blinder le travail préparatoire (paragraphe d'intention littéraire, plan détaillé) et à commencer l'écriture jusqu'à 7000 mots. Certains élèves décident de ne pas visionner tous les modules sur le temps des 8 semaines pour consacrer plus de temps à l'écriture (les deux premiers modules étant ceux avec des exercices) comme l'accès aux vidéos est à vie. Notre coach de projets est là pour aider les élèves à organiser et optimiser leur planning d'écriture pour qu'ils puissent arriver à libérer du temps quotidiennement pour leur projet en plus de leurs autres responsabilités. Attention, si du départ vous vous inscrivez à la formation en étant persuadé de ne pas avoir assez de temps, vous risquez de ne pas partir avec le bon état d'esprit. Être écrivain, c'est toujours devoir gérer d'autres engagements en même temps que son écriture. La majorité des écrivains ont par ailleurs un emploi ou d'autres responsabilités (familiales, des études, etc). Si vous voulez être écrivain, il faut apprendre dès aujourd'hui à faire de l'écriture une priorité non négociable et à aménager ton temps pour pouvoir écrire de manière régulière. Nous vous l'apprenons dans la formation. Oui, ce sera du travail. Oui, ce sera peut-être une réorganisation de ton temps. Mais dans tous les cas, vous ne serez jamais libre à 100% juste pour écrire dans votre vie. 

PARCOURS INDIVIDUALISÉ

[Cinda] Dans cette formation vous nous aider à avancer sur notre projet. Y-a-t-il une seule personne qui corrige ou chaque formateur nous aide à avancer sur quelque chose de différent ?

Réponse : Notre éditeur partenaire Dimitri, notre correctrice Caroline et moi-même nous partagerons le suivi des exercices du travail préparatoire. Bien entendu nous le faisons en concertation de sorte que les conseils soient les mêmes.

[Laurene] Pendant la formation a t-on des échanges personnalisés avec les intervenants sur notre projet ?

Réponse : Absolument ! Tu as un accès direct à tous les intervenants par mail et en direct durant les lives. Tu peux leur poser toutes tes questions. Les exercices vont aussi te permettre d'avancer sur ton projet et tu pourras leur demander un retour si tu les interpelles. L'analyse éditoriale des 7000 mots est évidemment un retour direct sur ton texte, ainsi que tes appels téléphoniques avec l'éditeur et notre coach de projets.

Construire sa communauté

[Guillaume] J’habite au Pérou. Comment faire pour les rendez-vous individuel avec les formateurs ou le contact avec les autres élèves ?

Réponse : Concernant le rendez-vous avec l’éditeur et le rendez-vous avec notre coach de projets littéraires, ils te proposeront soit un rendez-vous téléphonique, soit un rendez-vous sur une application de communication telle que What’s App, Skype ou Zoom. Les élèves communiquent entre eux principalement sur le groupe Facebook. La promo précédente a créé un groupe Discord aussi pour se parler.

[Salomé] Est-ce que vous pourriez parler de l'aspect "accompagnement"/"communauté" dans la formation ? Malgré le fait que ce soit à distance, ça aide à casser l'isolement de l'écriture dans son coin ? Un soutien le long de l'écriture du roman ?

Réponse : Tu vas intégrer un groupe d’auteurs avec qui tu vas vivre cette expérience. Nous faisons notre possible pour développer un esprit de promotion et pour encourager les élèves à interagir entre eux. Cela a vraiment bien fonctionné pour les promos précédentes ! De même, à la fin de la session, tu seras inclus.e dans le groupe « Réseau des écrivains LICARES » qui regroupe les élèves de toutes les promotions de la formation. C’est autant de chances supplémentaires de trouver des personnes avec qui connecter, que ce soit tout simplement pour rompre ce dur isolement de l’écrivain, mais aussi pour s’entraider, pour avoir toujours des personnes de confiance à qui poser tes questions et pour trouver des bêta-lecteurs.

Je suis de la deuxième promo de la formation, et je peux certifier que ça aide vraiment d'avoir une communauté de collègues justement. On sait vers qui se tourner en cas de problème ou si on veut poser des questions ( sur l'édition, sur notre histoire). Ça fait un bien fou de ne plus se sentir isolé et de savoir à qui parler quand on a un coup de mou !

cassandre

Promo printemps 2020

L'analyse éditoriale des 7000 mots

[Salomé] Le texte analysé de 7000 mots c'est un exercice ou c'est une production perso ? (nouvelle ou début du roman en cours) ?

Réponse : Il s’agit des 7000 premiers mots du projet de roman sur lequel tu choisis de travailler pour la formation. Tu as jusqu’au 15 janvier pour les soumettre à notre éditeur !

[Cindra] Faut-il déjà avoir terminé le roman pour vous soumettre le dossier de soumission que vous corrigez ? Je ne suis pas sure d'avoir terminé mon roman pour janvier 2021. Les 7000 premiers mots sont déjà écrits, mais je ne n'aurais pas fini l'intégralité du roman début janvier.

Réponse : Aucun problème ! Tu n’as absolument pas besoin d’avoir fini ton roman pour préparer ton dossier de soumission. Le synopsis ne s’écrit pas après la rédaction du premier jet, mais pendant le travail préparatoire. Tu auras donc normalement tous les éléments une fois tes 7000 premiers mots écrits et le travail du roman bien lancé pour préparer ton dossier de soumission.

D'AUTRES SESSIONS À VENIR ?

[Emilie] Est ce qu'il y aura d'autres formations à un autre moment de l'année ? Si oui, quand ? 

Réponse : Nous proposerons à nouveau la formation en 2021, probablement au premier trimestre. Nous ne calons les dates de la session suivante qu'après le début de la session en cours. Attention, le prix de la formation augmentera en 2021. Nous étions sur une année de lancement, la session d'octobre est la dernière à ce tarif.


Ce qu'elles ont à dire :

Formation Devenir Ecrivain

En plus d'une méthode d'écriture et de nombreuses bases techniques, LICARES m'a fait découvrir le monde de l'édition, mais aussi accompagnée dans la rédaction de mon dernier manuscrit. Les modules sont complets, intenses et riches. 

Le module du développement personnel, dont j'espérais énormément, a été au-delà de mes attentes.

Aujourd'hui, je me sens armée et surtout épaulée, car même si la formation est finie, cette première promotion est devenue une véritable équipe où chacun continue d'apporter aux autres ses conseils, son soutien et son expérience. Un grand merci à tous les intervenants !

Isabelle L.


Promo hiver 2020

Je suis satisfaite en tous points de ma formation au sein de LICARES. J’ai bénéficié de cours passionnants, riches en renseignements, pédagogiques ainsi que d’un suivi personnalisé. Je ne pouvais pas rêver mieux !

La formation est très complète, elle englobe tous les aspects du métier et nous dresse un portrait très précis de ce qu’est un auteur au XXIème siècle. Tout est désormais entre mes mains pour avancer vers mon rêve qui est de devenir un écrivain professionnel et je suis plus que motivée pour réussir !
Un énorme merci à LICARES ainsi que tous les intervenants qui sont vraiment géniaux.

Marilyne C.


Promo hiver 2020

Découvrez notre podcast !

Découvrez Devenir écrivain, une émotion hebodmaire animée par Lucie Castel pour avancer dans votre projet d'écriture.